De la disparition des démocraties

L'avenir sombre des démocraties face à plusieurs prédateurs.

Certes, je crains les régimes autoritaires, en particuliers ceux qui cherchent à nous manœuvrer comme la Russie ou la Chine ; certes, je crains les obscures forces crypto-nazies qui cherchent à imposer leur idéologie ; certes, je crains les climato-sceptiques qui ne voient pas plus loin que le coin de leur rue mais les démocraties sont en voie de disparition et voici comment. La finance ne cherche qu'une chose, son intérêt et, à l'évidence, au détriment de l'intérêt général. Après avoir mis la main sur l'économie, elle s'attaque aux services selon le cadre connu : privatisation des bénéfices, socialisation des déficits. L'eau, les autoroutes, une partie de la santé, la poste, les télécommunications, etc. Et aujourd'hui on voit poindre la privatisation de l'Aéroport de Paris et on parle d'EDF. Sans doute, l'Etat gardera le nucléaire présenté comme stratégique sauf que personne ne voudra acheter une activité largement déficiatire et aux problèmes de sécurité bien connus. Reste l'armée (l'expérience de privatisation menée par Dick Cheney aux USA dans les années 1990 est troublante), du moins le personnel car une partie de la fabrication des armes est privée (Dassault par exemple), reste la monnaie mais l'émergence accelérée des monnaies digitales (l'entrée en lice de Facebook est inquiétante) compromet ce domaine, reste la justice mais on voit poindre un tribunal (toujours proposé par Facebook) pour juger des posts sur les media sociaux, comme on voit poindre des tribunaux spéciaux devant lesquels des entreprises - qui ne représenent qu'elles même - pourront attaquer des États - qui représentent tous leurs citoyens - sur leur politique (voir le texte du CETA) . Les démocraties doivent se défendre démocratiquement par leurs élus, mais ce qu'on voit en Europe n'incite guère à l'optimisme. Qu'ils soient incompétents, stupides ou corrompus, ne restera-t-il que insurrection, la révolution ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.