De la fidélité en amitié.

Rien de nouveau sous le soleil.

On peut penser que la fidélité en amitié est une vertu. Néanmoins lorsque celle-ci s'exerce au mépris des usages, des règles, des lois, on ne peut que rejeter une telle proximité. Les exemples ne manquent pas, souvenez-vous de Mitterand et Bousquet ... E. Macron semble pousser le bouchon un peu loin. Le conflit d'intérêt d'Alexis Kohler classé sans suite, Alexandre Benalla protégé sans limite, nomination de Philippe Besson, un éditeur proche des Macron, au poste de Consul à Los Angeles, Rémy Heitz nommé procureur de Paris alors que son nom n'apparaît pas sur la liste fournie par la garde de sceaux, Patrick Strzoda (directeur de cabinet d'E. Macron) blanchi par ... Rémy Heitz, Castaner dont les capacité sont moins évidentes que sa proximité avec le chef de l'état, Benjamin Grivois imposé comme tête de liste à Paris, Sylvie Goulard proposée comme commissaire européenne alors qu'elle est soupçonné d'emplois fictifs, sans parler de N. Sarkozy dont l'amitié me paraît tristement intéressée au vu de ses ennuis judiciaires. Bref, du blé à moudre pour le gilets jaunes, et les autres.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.