Démocratie et contestation

Peut-on s'opposer à une mesure mise en œuvre par un élu dès lors que la dite mesure figurait dans son programme de campagne ?

Les thuriféraires de la majorité - quelle qu'elle soit - assènent de façon périodique l'argument suivant : Le président (le député, le maire, etc.) met en œuvre une promesse électorale contenue dans le programme sur lequel il a été démocratiquement élu, s'y opposer est donc anti-démocratique. Étrange vision du processus électoral. Rappelons que si nous votons pour un candidat c'est que nous approuvons globalement son programme. Globalement, dis-je, et non dans sa totalité, on imagine la difficulté à trouver un électeur qui approuverait toutes les mesures proposées par un candidat, même pas lui. Donc, il n'y a rien de surprenant à ce que tel ou tel projet ne soit pas approuvé par une partie des citoyens et que ces derniers le fassent savoir sans mériter un anathème des puissances dirigeantes. Ou alors, il faut le dire : durant toute la durée du mandat vous ne pourrez exprimer un désaccord avec une mesure qui aurait été annoncée pendant la campagne électorale. J'insiste, en aucun cas l'élection d'un candidat ne signifie un accord total avec ses promesses. Et que faire s'il est des promesses qu'il ne tient pas ? Une autre fois, je vous parlerai des gens élus tout simplement parce qu'on aime pas leur(s) adversaire(s).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.