Un don pour l’hôpital, ou la part du colibri

Le jour de mon anniversaire j’ai eu l’idée via les réseaux sociaux, de mettre en place une campagne de crowdfunding, afin d'aider les hôpitaux, personnels de santé et EHPAD à surmonter la crise sanitaire liée au Covid-19.

Depuis le début du confinement, les soignants sont en première ligne. J'imagine qu'ils sont reconnaissants de nos vibrants hommages et de notre soutien indéfectible. Chaque soir, nous sommes nombreux à applaudir depuis nos fenêtres. 

 

 Je suis parti du postulat que d'applaudir chaque soir nos héros du quotidien, c'est bien. Mais agir en les aidant à faire face au manque de matériel c'est mieux. 

 

L'idée était de lever suffisamment de fond afin d'investir dans des respirateurs, des protections... J’ai donc reversé la cagnotte de mon anniversaire à l’association des Hôpitaux de France. 

 

fb_img_1590632723488.jpg?w=1024

 

En parallèle j’ai voulu aussi donner de mon temps.

« Il faut toujours viser la lune, car même en cas d'échec, on atterrit dans les étoiles ». Avec l'aide de la boucherie de Marcq et de KOKOMA traiteur, nous avons confectionné 200 plats pour les soignants des hôpitaux de Lille ainsi que pour des étudiants en situation précaire. C'est un peu la part du colibri :

« Un jour, il y eu un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés et atterrés observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s'activait, allant chercher quelques gouttes d'eau dans son bec pour les jeter sur le feu. Au bout d'un moment, le corbeau, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit :« Colibri ! Tu n'es pas fou ? Tu crois que c'est avec ces gouttes d'eau que tu vas éteindre le feu ? ». Le colibri lui répondit alors : « Je le sais, mais je fais ma part. » La légende raconte que chaque animal se sentant alors concerné, « fit sa part», chacun à sa manière et que la forêt fut sauvée. » 

 

Avec ces actions nous avons démontré que chacun à son niveau peut changer les choses. Mais c’est également possible en confectionnant des tenues et des masques. Face à ce désert sanitaire, c'est au gouvernement d'être à la hauteur de ses responsabilités en investissant massivement dans la santé. En investissant dans la recherche, en formant les personnels de santé, en investissant dans le matériel de dépistage et en apportant le stock nécessaire en matériel vital au bon fonctionnement de l'hôpital. 

 

Il me reste à vous souhaiter une bonne santé et d’être prudent. 

 

EL Boundati Saïd

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.