leopold75
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juil. 2022

800 = 1

Comptes et légendes du Black Friday ou : comment un incident électroménager peut devenir source de fierté… Et de réflexion philosophico-sociale.

leopold75
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mon lave-linge est tombé en panne (oui, je sais, l’intro est peu ragoûtante, sois patient.e).
Les diodes clignotent à l’infini, l’eau n’arrête pas de couler, la machine a plus de 10 ans… Ça sent le sapin.

Je fantasme déjà sur la potentielle visite du service après-vente : « ah mon pauvre monsieur, on n’a plus la pièce, ou si on l’a, ça vaudra plus cher que la machine… Vous feriez mieux d’en prendre une neuve, on vous fera une ristourne en récupérant celle-là. »
Résigné, je commence à errer dans les rayons électroménager, à regarder les comparatifs sur Que Choisir…
Coût d’une machine neuve efficace et économe en eau et en énergie : grosso modo 800 €.
Et sans trop y croire, j’enfile ma planche et je pars surfer sur le Net avec comme mots-clés, la référence de la machine + « en panne ».
 Et là, je découvre avec étonnement divers forums ou des consommateurs aussi perdus que moi, échangent leurs commentaires et leurs astuces pour gérer la situation.
D’abord j’apprends quelle est précisément la pièce hors d’usage dans ma machine : le « module ». (En gros, une grosse carte à circuit imprimé avec plein de bidules électroniques soudés dessus et protégée par une coque en plastique blanche, à l’arrière de la machine).
Puis, grâce a des tutoriels sur YouTube, je découvre qu’il est assez simple de la démonter et de la remplacer… Quelques vis et des prises à débrancher. Et le module se vend sur des sites de pièces détachées. Coût : en moyenne 150 €.
 C’est mieux !
 Je le démonte en cinq minutes, effectivement, c’est simple.
Et alors que je m’apprêtais à commander ledit module en ligne, je ressors ma planche de surf et je découvre - ô surprise ! - quelle est précisément la pièce endommagée dans le module : un condensateur (en gros, une pauvre petite pièce de moins de 1 cm de haut, soudée sur le module parmi plein d’autres du même genre). 
Un tutoriel sur YouTube réalisé par un ancien employé de service après-vente repenti, explique comment le dessouder, le changer par un neuf et le ressouder.
Je n’ai jamais fait ce genre de bricolage, mais de nombreux tutoriels en ligne expliquent le B A BA... et courageusement, j’appelle un vieux pote ingénieur du son, qui dégaine le fer à souder plus vite que son ombre.

- Est-ce que tu sais où je peux trouver un condensateur 825µF 25V (ça se prononce 825 microfarads 25 volts) pour réparer ma machine à laver ?

- Ben... dans un magasin d’électronique ?

(Oui, j’ai découvert l’existence des microfarads, c’est une unité, je ne vous dirai pas à quoi elle correspond, je n'ai toujours pas compris et fondamentalement, ça ne change absolument rien à l’histoire).
Bref, mon pote me donne l’adresse de son magasin préféré, j’achète la pièce, je passe chez lui, il me confirme que le condensateur est endommagé car ça se voit à l’œil nu pour les experts, il le dessoude et soude le neuf en moins de cinq minutes.
Je rentre chez moi le cœur battant, je remets le module en place… Je rebranche la machine et… Et… Elle remarche !

Et à toi, qui a suivi ce récit jusqu’ici, tu as bien vu qu’une question restait en suspens : combien m’a coûté un condensateur 825µF 25V ?
Tu es bien assis.e ?
Un euro.
 Ni plus, ni moins.
Et soyons clair, mon vendeur a fait une marge… Ce condensateur coûte en fait beaucoup moins…
Bon, évidemment, c’est un peu plus compliqué : c’est un euro + le temps de recherche + le resto et la bonne bouteille pour le pote qui m’a fait la soudure. Et quitte à dépenser des sous, je préfère le faire autour d’une bonne table ou chez un caviste… (et sans mon pote, ça m’aurait coûté en plus un fer à souder et de l’étain pour la soudure).
Mais derrière cette joie et cette humble victoire sur la société de consommation, cette fierté d’avoir contré l’obsolescence programmée l’espace d’un instant, se dressent de vrais sujets : l’arnaque du consommateur et le gaspillage.

Combien d’ustensiles électroménagers réparables pour un euro ou à peine plus sont balancés à la casse à travers le monde par an ? Ou sont récupérés par les SAV, réparés pour 1€ et vendus d’occasion ? Ça énerve, non ?
Épilogue
En dessoudant le condensateur, mon pote me fait la réflexion suivante : "On n’est pas obligé de souder les condensateurs, ils existent en version sans soudure... Il faudrait que les fabricants utilisent cette technique pour permettre aux gens de faire la réparation eux-mêmes… "
Oui, on peut rêver… ou les y contraindre par voie législative… Puisque comme tout le monde le sait, le législateur agit d’abord dans l’intérêt du consommateur. (Quoi, j’ai dit un truc ?)
En attendant, en cas de panne, n’oublie pas que d’autres consommateurs ont été confronté aux mêmes problèmes que toi et ont peut-être partagé des solutions en ligne… Auquel cas, si le temps te le permet, sors ta planche et surfe !
PS : À toi qui a des trucs à réparer, si tu n’as pas l’âme bricoleuse, tu as les ressourceries et les recycleries, qui peuvent t’aider. Recherche les 2 termes pour trouver les plus proches de chez toi…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon