L'Épistoléro
Prof, surtout, et auteur, un peu (Le Dictionerfs du collège commun et des colères universelles de l'Éducation (co-écrit), éd. La Ville brûle ; Antigone, éd. La Ville brûle ; Cahier d'activités de grec ancien, éd. Ellipses ; Tour du monde en romans, éd. Ellipses ; Chaplin : Non à la délation, Actes Sud Junior ; La Hache, éd. Le Murmure ; Petit Manuel d'éloquence (co-écrit), éd. Ellipses
Abonné·e de Mediapart

312 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 janv. 2023

L'Épistoléro
Prof, surtout, et auteur, un peu (Le Dictionerfs du collège commun et des colères universelles de l'Éducation (co-écrit), éd. La Ville brûle ; Antigone, éd. La Ville brûle ; Cahier d'activités de grec ancien, éd. Ellipses ; Tour du monde en romans, éd. Ellipses ; Chaplin : Non à la délation, Actes Sud Junior ; La Hache, éd. Le Murmure ; Petit Manuel d'éloquence (co-écrit), éd. Ellipses
Abonné·e de Mediapart

Jaaanvieeeeerrrr !!!!!

Chaque année, ça le reprend. En streaming ou sur une plateforme. C’est avec la voix hurlante, meuglante et menaçante de Gabin qu’il voit arriver Janvier. Janvier ou plutôt Jaaanvieeeeerrrr !!!!! Chapeau à Gabin.

L'Épistoléro
Prof, surtout, et auteur, un peu (Le Dictionerfs du collège commun et des colères universelles de l'Éducation (co-écrit), éd. La Ville brûle ; Antigone, éd. La Ville brûle ; Cahier d'activités de grec ancien, éd. Ellipses ; Tour du monde en romans, éd. Ellipses ; Chaplin : Non à la délation, Actes Sud Junior ; La Hache, éd. Le Murmure ; Petit Manuel d'éloquence (co-écrit), éd. Ellipses
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Illustration 1

Jaaanvieeeeerrrr!!!!!

Chaque année, ça le reprend. En streaming ou sur une plateforme. C’est avec la voix hurlante, meuglante et menaçante de Gabin qu’il voit arriver Janvier. 

Janvier ou plutôt Jaaanvieeeeerrrr !!!!!

La fin de l’année se tire et le mot s’étire. La voix se fait puissante et les lettres se multiplient (surtout les voyelles) en hommage au Jambier campé par de Funès dans le film d’Autant-Lara, La Traversée de Paris (1956).
Un Jambier qu’apostrophe Grandgil, le personnage joué par Gabin.
Un Jambier, tablier et béret, pâlot qui, du fond de sa cave et de son marché noir, donnait, en 1956, des couleurs à un Gabin manipulateur. Les joues rouges à s’exploser en criant : 
Jaaambieeeeerrrr!!!!! 45, rue Poliveau.

2023 ou le pari de sa traversée à lui. Pour faire monter les enchères, pour que l’année soit réussie.
Quelqu’un lui propose de casser la gueule à la nouvelle année qui commence, là comme ça, direct, mais non, il ne le souhaite pas. À chaque année, il faut laisser sa chance…

Depuis 2019, il est quand même souvent déçu.
Dans la cave de Jambier, ça sent le Cave Canem, l’Annus horribilis, le calengrillé. 

Le lot de funestes événements, il s’en fiche, il va tout faire pour ficher la trouille à cette année qui commence. L’incantation comme une formule magique, une formule apotropaïque pour chasser ce qu’il y a de funeste dans l’année qui s’annonce. Comment, déjà ?

- C’est sérieux ?!

- Comment, si c'est sérieux !

- JANVIER ! JANVIER ! JANVIER ! JANVIER ! JAAANNNNVIER !!! J'VEUX 2023.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte