Le confinement est fou, les temps sont flous

La chanson de Dutronc avait un piège à rimes extra. Un piège à tas de -ou.

La chanson de Dutronc avait un piège à rimes extra. Un piège à tas de -ou. Tout y passait, tout. Dans le désordre : chouchou, bijou, caoutchouc, joujou, amadou, clous, Pérou, Tombouctou, Loups-garous, piou-piou, manitou, scoubidou, genoux.

Actuellement, les temps sont flous.

Où va-t-on où?

Je t’en flouterai des confinements !

Le flou ne plaît pas à la foule sentimentale. Elle a soif d’idéal, pas trop d’idées floues. L’incertitude. Le flou-l-y laisse.

On se souvient des masque et des volte-flous. Maintenant les masques sont obligatoires : certains sont lavables 5 fois, d'autres 6 à 8 fois, d'autres encore 120 fois. Ils filtrent à 70% ou à 90%. Ça filtre flou. Imagine-t-on des contraceptifs efficaces à 70% pour lutter contre les MST ?

La situation est compliquée et le flou est obligatoire ? Certes…

Alors on se raccroche à des choses concrètes : par exemple, la carte météo des départements sous tensions. Et patatras, on découvre que quand c’est rouge on peut quand même traverser. Et puis on parle beaucoup du vert et du rouge, très peu du orange.
On attend le 11 mai pour que les temps soient moins flous.

La fausse désinvolture aide à supporter ce qui a généré cette idée floue un jour de réouvrir l’école.

Pompidou cita un jour Les Cactus à l’assemblée nationale ("Dans la vie politique aussi il y a des cactus »). Quelqu’un en viendra-t-il à citer Les Temps sont flous ? Bon, il y a déjà eu "Quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup."

Les gens ne sont pas fous : les temps sont flous.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.