Le 1er mai et sa fleur de méninge

Back to that same old place.

Back to that same old place

1er mai. Memory. Sweet home Chicago. 1886. Massacre de Haymarket. Martyrs, c’est pourrir un peu ? 
Non. Je me souviens. 
Il y a du Perec dans La Disparition. Il y a du péril dans la disparition. Travailler sa mémoire. Réfléchir sans fléchir au miroir de mai. Sacre de mai manifestif.

Back to that same old place.

Le calengrillé électoral inquiète ? Après mai, le déluge ?… En tout cas, ce rassemblement est un rendez-vous prévu de longue date par le calendrier. Ce défilé est un défi mai. Comme tous les autres, comme chaque année. Un mai à l'endroit, un mai à l'endroit. 
Ce n’est pas un Grand Cortège Malade : ce n’est pas le lieu de Slam’enter. Un temps pour tout. Intempérie ? Tant pis pour la pluie. Rien d'une mascarade, ce n'est pas un gris mai, c'est une tradition.
On y va. On y est allé. On ira la prochaine fois.
De ne pas battre le pavé, le cœur de l'ouvrier s’arrêterait. Laisser ce jour se périmer représenterait un péril mai. 

C'est pourquoi le premier mai se doit sans répit et sans le réprimer.

N'en déplaise au calendrier, en mai, il faut être joint. Dès potron-minet (ou presque) pour miner la superbe des patrons. Tant pis si le cortège est mince, tant pis si c’est un mai gris.
Le muguet est une fleur de méninge. Et la méninge est en fleur, le 1er mai.

Mai est un ami, question d’anagramme annuel. May I help you ?
C’est un ami qui aspire à un renversement, à un inversement de références, de tendance, d’ambiance. "Je vous salue manif pleine de classe" 

Mai, Mai, Mai, parie sur mai ! Pas un vieux je, mais la belle articulation du je-nous dans ces circonstances où la mi-chèvre est en proie au mi-loup.

One and one is two. Six and two is eight. Six and three is nine. Nine and nine is eighteen.

Back to that same old place, le 1er mai, avec de quoi lire.

C'est la fête des travailleurs (pas du travail), pas du licenciement (de cet expéditif "travaille ailleurs !").

Le premier mai est toujours musical. Pourquoi pas Les Blues Brothers ("Sweet Home Chicago"). Et puis on y ajoutera les Fleurs de méninge de Moustaki :

"Pas besoin de roses ni de pâquerettes
Au dancinge
Suffit pour ce gentil labeur
De savoir faire pousser les fleurs
De méninge"

P.S : Lacrima, larme, en latin. Le muguet est parfois surnommé "Petites larmes »…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.