Les Cowboys fringants : Folk you ! (L'Amérique pleure, etc.)

Nouvel al -quand mon cœur fait -bum !

On peut préférer le folk rock au hard rock. À Guns N’ Roses, on peut préférer un groupe québécois : les Cowboys Fringants.

Question Guns, ces shooters québécois ne chuchotent pas. Plutôt : «Bang ! Bang !». Et jamais sans Tremblay (Karl, leur chanteur).

Question Roses, on peut préférer Lépine, Marie-Annick.

Même en Amérique, à l’anglais, on peut préférer le français : Folk you !

Avec ce groupe, Les Cowboys Fringants, c’est la prise de fête assurée. Ça tourne, la toune ! Sauter, courir, tomber, se relever. Le groupe occupe la scène avec un chanteur sachant enchanter une salle. Hop singer ! Avec ces Cowboys, pas d’Osez Joséphine, plutôt Roseau Frangine (et Frangin). Dans leur esprit, rien n’est plié. Droit devant ! Ce sont des Québécois de souche et leurs racines font les arbres que leur fondation replante. Leurs fans ciclent (pas trop, quand même), eux recyclent. C’est dans la Nature des Cowboys de tourner et de s’occuper de ce qui les Environne. C’est leur Open Range à eux…ou plutôt leur Ouest sauvage, sans jamais perdre le Nord de l’Amérique. Ils contestent la domination du barbelé anglais et militent pour un beau Québec indépendant avec les coudées French. Et ils sont plus occupés à pogner ce qu’ils entreprennent qu’à prendre du pognon (même s'il faut ce qu'il faut).

Il y a la violoniste, Marie-Annick Lépine. Son violon n’a rien du sanglot long d’une toune d’Automne. C’est de la dynaMiss. Accordéon tonique ou Violon violent. Sur ces cordes, elle funambule ; sur ces touches, chauffeuse de salle, elle appuie et elle twist and shout !

Il y a le principal auteur, J.F Pauzé. Humoristique, Ironique, Nostalgique, Politique.

Il y a le chanteur, Karl Tremblay. Une présence chaleureuse et du coffre, malgré sa barbe venue d'un autre Karl. Sweet Homme et Grotte-Ciel à la fois. En plein spectacle, un body-surfing ne fracturerait certainement pas son coffre mais sûrement le poignet d’un fan : More than i can Bear.

Et puis il y a ce qui fait tout le groupe. Mon réel parait moins salaud avec ce Montréal-là.

Parfois sur le quai pour réfléchir, parfois ambiance Hockey pour manifester…et pas qu'une révolution de palet. Toune à costumes, Manifestif. À vingt mille lieues de la soupe des radios FM qu’on boit jusqu’au «calisse !». C’est du chum rebelle. Chaque prestation n’a rien d’un play-bâclé. Le groupe a de l’énergie à revendre, des concerts explosifs. C'est de la chaleur venu du froid. Rien de Light dans ce Fire, on adoore !

Le premier clip de leur premier titre sorti (un clip ambiance karahockey).

LES COWBOYS FRINGANTS - L'Amérique pleure © Les Cowboys Fringants

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.