Auteur : pas mort et en-tiret vif

Les catalogues de bibliothèque sont railleurs. Après avoir bien classé les livres par ordre alphabétique, ils s’amusent avec le cirque de la vie et de la mort des écrivains.

Les catalogues de bibliothèque sont railleurs. Après avoir bien classé les livres par ordre alphabétique, ils s’amusent avec le cirque de la vie et de la mort des écrivains.

Les écrivains ont de quoi être râleurs.

Dans ces listings, chaque auteur est nanti d’une biographie réduite à une date de naissance et à une date de mort. Une date de mort, s’il peut en fournir une. Dans le cas contraire, si l’écrivain n’a donc pas eu la politesse de déposer son arme à gauche (à droite en entrant, c’était pourtant simple !), la date est remplacée par trois points de suspension. En guise de lignes de vie, trois points à ligne.

L’écrivain n’est pas encore mort mais il est en-tiret.
(sa date de naissance - )
L’auteur est en-tiret vif. Pas du six feet, mais du Three points under.

Lui qui se croyait au milieu des livres en terrain conquis - quel con ! - déchante. Il est en-tiret vif. Les 3 points du suspension font l’article de sa mort. Hein ? Quand ? Hein ? C’est du suspens mal placé.

Malgré la parenthèse enchantée qui témoigne qu’il est encore en vie, l’auteur le sait : l’unhappy end, la fin du volume, le bas de pile lui pendent au nez. Il cassera sa plume comme on casse sa pipe. Clac !

Hussard, auteur plein d’ardeur, polygraphe, peu importe, il sera mort au tant. Ses recueils auront un jour le goût du cercueil. Ses romans stipuleront « mort en » et ses poésies, délaissées même par les rats de bibliothèque, seront bouffés par les vers. Pas une table ne sera à son chevet.

(date de naissance - ) Ce temps n’est pas perdu, il ne se cherche pas, il est encore inconnu. Ces trois points de suspension n’aboliront jamais le hasard. Que ces trois voleurs, à la rondeur malveillante, restent bien au chaud dans leur petite typographie formelle. Ils piquent au vif, ils mordent l'auteur. Question élégance, vraiment, il y a des poings dans la gueule qui se perdent.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.