Le Club, le Fataliste

- Comment étaient-ils entrés en Contact ? - Par hasard comme tout le monde - Où allaient-ils ? - Est-ce que l’on sait où l’on va ?

jacques-le-fataliste
- Comment étaient-ils entrés en Contact ?
- Par hasard comme tout le monde
- Où allaient-ils ?
- Est-ce que l’on sait où l’on va ?

Le Club s’inspire de Jacques le Fataliste de Diderot. La zone Contacts a son côté Jackpot. Plein de poches, plein de niches, plein de potes. La zone Contacts est pleine de potes électroniques qui tiennent, de blog en blog, le fil d’une discussion. La zone Contacts est pleine et il y en a qui se plaignent ? On ne dit pas assez que pote est l’abréviation de poteau. Sur le net, ça fait sens. Et celui qui doit faire sans, personne ne l’entend crier.
Certains potes ont disparu, partis sur d'autres chemins ou simplement interpellés par cette mauvaise camarade de camarde. Fallait pas l’inviter ! Certains potes sont en sommeil, d’autres prennent le soleil, ailleurs. Certains font de l’entre-deux, ils songent "2 euros de + font des heureux de -". Et puis parfois, le club ça full-contact, un sport qu’on-combat dans des contacts cotons, cocons, co-construits.
Et l’auteur de ce texte dans tout ça ?

Il était homme. — Homme passionné comme vous, lecteur ; homme curieux comme vous, lecteur ; homme questionneur comme vous, lecteur ; homme importun comme vous, lecteur. — Et pourquoi questionnait-il ? — Belle question ! Il questionnait pour apprendre et pour redire comme vous, lecteur…

Il dédie ce texte à l'enseigne du pot cassé, une belle amison euh…maison d'édition disparue dans les années 50 et reparue ici, le temps d'un billet. Scripta manent, les écrits restent.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.