Le cœLacan

Le Cœlacan est un poisson antédiluvien. C’est un poisson fait de "vieux eaux" profondes.

coelacan
Le Cœelacan est un poisson antédiluvien. C’est un poisson fait de "vieux eaux" profondes.

Depuis son apparition, il a très peu changé. Il continue à faire sens de tout ce qu’il pêche. On lui reproche cet excessif goût des mots. Il ferait de l’épate. On le taxe de poisson faux-cils.

C’est un affamé de mots. Quand on le traite d'antédiluvien, il réponde "des mots des…" Il cherche sans cesse. Son Où est-y-mot-logie. C'est un être de désir qui s’oblige à garder la tête penchée. En latin desiderare signifie « cesser de contempler les astres » alors, lui, il fouisse les eaux profondes, les eaux troubles voire les eaux glacées des calculs égoïstes. Il se méfie de la mer dévorante.

C’est un affamé des mots qui pèche parfois par son caractère énigmatique. Il noierait le poisson, dit-on. Pourtant, si on ne le comprend pas, ce n’est pas forcément parce qu’il est bête…même si son cerveau ne pèse que trois grammes. Quand on l'attaque sur ce point, il réplique "Fish-moi Lacan !"

Le Cœlacan a une conviction chevillée au corps, comme son -e à l’-o insondable, il est persuadé que tous les mots résonnent, qu’ils ont leur âme-son. Alors il joue avec, les triture, les fritures même, puisque c’est un poisson.

Si la poule est perplexe devant un couteau, ce poisson n’est jamais embarrassé par une pomme. Ses pommes à billets.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.