L'Épistoléro
Prof, surtout, et auteur, un peu (1. Le Dictionerfs du collège commun et des colères universelles de l'Éducation (dite) nationale, de la mixité sociale et scolaire, des élèves, des parents et des profs, éd. La Ville brûle ; 2. Antigone, éd. La Ville brûle ; 3. Cahier d'activités de grec ancien, éd. Ellipses 4. Tour du monde en romans, éd. Ellipses
Abonné·e de Mediapart

203 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 août 2021

Plaisir d'un NaaNaaNaaNaaNaaNaaNaa n'air

"NA interj. Onomatopée du langage enfantin attestée pour la première fois en 1826. Répétée plusieurs fois, elle remplace les paroles de l'air qu'on fredonne (1923). Elle semble avoir quelque peu vieilli dans l'usage moderne." (d'après le Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d'Alain Rey)

L'Épistoléro
Prof, surtout, et auteur, un peu (1. Le Dictionerfs du collège commun et des colères universelles de l'Éducation (dite) nationale, de la mixité sociale et scolaire, des élèves, des parents et des profs, éd. La Ville brûle ; 2. Antigone, éd. La Ville brûle ; 3. Cahier d'activités de grec ancien, éd. Ellipses 4. Tour du monde en romans, éd. Ellipses
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"NA interj. Onomatopée du langage enfantin attestée pour la première fois en 1826. Répétée plusieurs fois, elle remplace les paroles de l'air qu'on fredonne (1923). Elle semble avoir quelque peu vieilli dans l'usage moderne." (d'après le Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d'Alain Rey)

Vieilli dans l'usage moderne ?

Voici un NaaNaaNaaNaaNaaNaaNaa n'air.

Be a little kid !

Les vents mauvais et le cimetière marine pèsent comme un couvercle. Il a besoin de souffler. Besoin de bulles dans la peau, de bulles d’air, de bulles de jazz. De touches magiques. Quand il sent qu’il va plier, vite un clavier ! Il a envie d’une chanson dans le droit fil du Don’t worry, be happy de Bobby McFerrin.

Un droit fil comme une main tendue pour avoir maintes mains tendues.

Il aime cette musique, quitte à ce qu’elle frise le gospel et lui fasse oublier pour qui sonnent les églises.

Everybody. Tout esbaudi.

Il refuse à son cerveau la servitude que lui imposent l’ambiance générale et des sondages hors d'âge. Il assure de son libre arbitre bien niché entre ses deux oreilles et bien à l’abri du front.

Il ne sait pas jouer, mais il a des oreilles. Il les tend et l’autre joue, c’est ce que lui enseigne sa petite religion personnelle.
Je joue pas mais j’ouïs, aime-t-il à rappeler comme bien d’autres avant lui.

Il envoie valser tous les mots pour une interjection redoublée de deux lettres, une scie musicale qui fait du bois qui fait du bien.

Cet air-là vient de Brooklyn, d’un de ses quartiers d’une big Apple, où beaucoup étaient convaincus que Trump nuisait gravement à la santé. Et si c’était simple ? Dans ce quartier a day keeps the Dr. Folamour away !

Cory Henry, qui joua un temps avec The Boss, fait sortir un son d’une autre teneur. Un air vif et pétillant, de mutines notes jaillissant du clavier comme une eau fraîche, naa.

Merci pour ce piège à son !

Plaisir d'un NaaNaaNaaNaaNaaNaaNaa n'air

Naa Naa Naa - Cory Henry © Düsseldorf Festival!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
En Biélorussie, certains repartent, d’autres rêvent toujours d’Europe
Le régime d’Alexandre Loukachenko, à nouveau sanctionné par l’UE et les États-Unis jeudi, semble mettre fin à sa perverse instrumentalisation d’êtres humains. Parmi les nombreux exilés encore en errance en Biélorussie, certains se préparent à rentrer la mort dans l’âme, d’autres ne veulent pas faire machine arrière.
par Julian Colling
Journal
Autour de la commande publique « Mondes nouveaux » et des rétrospectives des artistes Samuel Fosso et Derek Jarman
Notre émission culturelle hebdomadaire se rend à la Maison européenne de la photographie pour la rétrospective Samuel Fosso, au Crédac d’Ivry-sur-Seine pour l’exposition Derek Jarman et décrypte la commande publique « Mondes nouveaux ».  
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch