Lire le chocolat (sans faute)

Premiers véritables jours sans élèves, le fonctionerfs se sent encore un peu prof. Il apprend la poussière toute l’année, normal qu’il en reste un peu, quelques jours seulement après le franchissement de la ligne d’arrivée.

Premiers véritables jours sans élèves, le fonctionerfs se sent encore un peu prof. Il apprend la poussière toute l’année, normal qu’il en reste un peu, quelques jours seulement après le franchissement de la ligne d’arrivée.

Parfois, cela lui profiterait de tourner la tête, de regarder ailleurs.

Comme d’autres qui voudraient mettre Paris en bouteille, il est parfois atteint de déformation professionnelle et de rebond pédagogique (du tac au tac et du Kang au rou !). Comme le syndrome du prisme pédagogique. Il arrive que ce Toujours Debout l’épuise.

Tout est dans le cours et réciproquement.

L’inventaire est inépuisable : une année terrible, un taureau, deux frères dominicains, trois sauterelles, un raton laveur et une tablette de chocolat…

Récemment séduit par une tablette de chocolat, il se met, par une curiosité de désœuvré de fin de repas, à en lire l’emballage. Il proclame alors, avec suffisance, qu’il n’y a jamais de fautes dans ces bien trop rodés discours poético-publicitaires et autres listes d’ingrédients situés au dos…oui, c’est limite comme réflexion, niveau esprit vacances, mais ce n’est que mardi. Tel est pris qui croyait ne rien prendre. Le voilà justement qui  trouve une faute d’orthographe.

choc

 

« Cacao : 60% minimum dans le chocolat noir issue de l’agriculture biologique. »

Le chocolat est issue ?? Issue Au Secours ! Le fonctionerfs retrouve sa vista. Dans ce face à face entre l’homme en chair et la couverture cartonnée, c’est l’œil du tigre qui fait la différence, il le sait. Le fonctionerfs fait les gros yeux, pointe aussitôt la faute, vise comme en vrai. L’absence de stylo rouge est proportionnelle au sang injecté dans ses yeux. La faute d’orthographe provoque un effet yeux rouges garanti. Le chocolat qui se targuait de ses fèves Trinitario de République Dominicaine et de sa pointe de sel d’Anglesey se fait tout petit. Ce n’est pas le sel qui pointe, c’est le zéro. L’emballage n’en mène pas large et se tient à carreaux tout au fond.

Non, le fonctionerfs ne cèdera pas à la facilité du discours défaitiste (jamais défait, ni triste avec du chocolat), il ne ploiera pas non plus sous le poids du rien ne va plus et autre laudator temporis acti. C’est juste qu’avec une faute d’orthographe, le chocolat c’est moins bon, c’est tout ! Que les chocolatiers se le disent !

Source : https://dictionerfs.wordpress.com/2017/07/10/dictionerfs-inedits-chocofaute/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.