Les livres debout !

Une bibliothèque ou la quête de connaissances. Le Like, le J'aime laisse place à un savoir en germe pour ne pas revivre Germinal.

logo

Les livres debout !

Les livres sont debout dans bibliodebout. Ils sont partis en campagne dans plusieurs villes. Ils livrent un combat mais leur combat c’est eux : le livre. Ils ont leur Opération Étagère : "Ce n'est qu'un debout, continuons le combat !" Pour eux, rien d'étrange à être rangés.

Partout en France, des bibliothèques sont créées. Elles sont participatives, pas clandestines mais porteuses d’un destin commun. Tous ces livres figurent des pages à tourner au sens propre et au sens figuré.

Le savoir est une arme. Le livre nuit debout parce qu'il peut être lu, compris, assimilé. Ce savoir ne tue pas mais délivre.

Des livres.

À la tranchée, les livres préfèrent leurs tranches. À 14-18, il préfère 10/18. Pacifistes qu'ils sont ! Le lecteur survole la rangée de livres. Comme un oiseau sur la tranche. Le savoir est une arme de construction massive. Les Non ! font la force. Tout l'or d'Orwell ou les bras de Bradbury. Les livres s’allient pour ne pas finir en biblio de boue. Ils savent que maculés ils sont illisibles. Ils savent qu’accumulés ils sont lisibles. Une étagère, c'est de la construction massive. Du chantier participatif avec les moyens du bord : pas un palais, des palettes.

Le futur s’invente dans l’inventaire d’une bibliodebout. Un livre s’adopte et ça dope. C’est un camarade vitamine. Vitamine 'Sait'. S’il fait la tranche c’est juste pour rigoler.

Une bibliodebout, c’est de l’éphémère organisé, du livre papillon, un battement d’L. Livre. Littérature. Lumières. Du partage par temps de pluie, d’ennui, d’envie. Cafard. Que faire ? Quand ta blatte devient tablette pars à la broc des books et prends un livre. L’International du genre humain, comme aux Etats-Unis. Comme Occupy. Lire, quelle belle occupation.

- Whose side are you on ?

- Side by side.

L'étagère. Nuit debout. La lumière d'un rayon de sommeil.

L’État gère et le livre délivre. L’ire se nourrit de l’acte de lire. Follow the line ? Un peu anars, les livres donnent désordre.

C'est quand on lui dit "Couché !" que le livre devient le plus dangereux. Il s'ouvre et délivre.

Réfléchissez et lisez reclus ! Livre. Libre. Enlignez-vous.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.