extrait du Dictionerfs, éd. La Ville brûle, 2012 extrait du Dictionerfs, éd. La Ville brûle, 2012
DERNIÈRE NUIT SANS MINISTRE, En Marche ou Rêve (And the winner is…)

Depuis l’élection présidentielle et la nomination d’un Premier ministre, le prof s’ennuie tout seul. Y’a donc personne là-haut ? s’écrie ce chien de fonctionnaire abandonné sur une aire de retournement de gouvernement.

Que dit le réseau ? Son autorité de tutelle tweete-t-elle ? Évidemment, non. Elle n’a pas encore été nommée. Dans l’espace abandonné du Ministère personne ne vous entend crier.
La nuit porte conseil, dit-on. Conseil ministériel, sûrement, mercredi ou jeudi.

Dans la nuit de mardi, il va rêver c’est sûr. Ministère mynistérieux.

Rêver de ? Rêver à ? Deux prépositions, en attendant les propositions ministérielles. Comme il a déjà connu une mini-série de ministres, il a de quoi patentier en rêvant.

Il va rêver de la rue de Grenelle, à un homme, à une femme, de Chabada-bada, à une parité homme/oreiller, d’un Ministre de l’Éducation barbu, de cases de compétences à cinq pattes, de Réforme Fast and Furious 6 (son rêve forme une drôle de réforme), à ses années d’étudiant quand M. Bayrou était Ministre de l’Éducation, de 2014, l’année des 3 ministres (https://dictionerfs.wordpress.com/2014/08/31/dictionerfs-inedits-le-remaniement-cest-de-lhistoire-ancienne/), d’Emmanuel Scolaire, à une nouvelle ministresse, d’un mini-stress, d’Epi,  à une classe bilangue, de son amie la taupe, à un copieux cours de latin, de l’Épaisse Dame au Socle, à un atelier grec, de Guyane et de cours en îlots, de Betsy DeVos (https://dictionerfs.wordpress.com/2017/02/08/dictionerfs-inedits-une-milliardaire-a-leducation/), à un sanglier à rédaction, à la Une du Canard Enchaîné, d’un monde où on coche, marre !, il va rêver de l’extension du domaine du possible ministre – Et si c’était elle ? Et si c’était lui ? – , il rêvera de poudre aux yeux et de poules aux œufs d’or.

Un peu d’oniromancie, quoi, en oubliant son cirque et sa maxi mousse. Et s’il peine à s’endormir ? Plutôt que de laisser somni’faire, il pourra compter les cartons de déménagement du ministère ou bien les classes à élèves en surnombre. Ou les deux. 1 carton, 28 élèves, 2 cartons, 28 élèves, 3 cartons, 28 élèves…

Jeudi matin, il sera dans de beaux draps. Mais lesquels ? En Marche ? Pour l’instant il n’a qu’rêves à se mettre sous la dent. Faux rêveur, en attendant son nouveau ministre pour un petit temps forever.

Entre réalité sévère et ses rêves.

Un jeu de draps n’abolira jamais le hasard.

Source : https://dictionerfs.wordpress.com/2017/05/16/dictionerfs-inedits-derniere-nuit-sans-ministre/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.