La loutre volée

C’est un animal politique que son côté castor a fait trumper dans l’immobilier. Mais sa mèche est catégorique : c’est une loutre volée.

9782842050115-fr-300
C’est un animal politique que son côté castor a fait trumper dans l’immobilier. Mais sa mèche est catégorique : c’est une loutre volée.

Au contraire de la plupart de ses congénères, elle fuit les eaux douces. Elle aime quand ça remue, alors elle touille, elle provoque, elle a le remous aveugle. Elle promet facilement le bruit et la fourrure. Encore et en Corée.

C’est un carnivore qui n’élève pas le niveau, voire qui l’entraîne dans le carniveaure, de la boue et des vérités alternatives. Pire qu’un troll. C’est un Loutrancier. Ne dites pas à ses proches qu’il est tenancier, on le dit président. First enlaidi.

Croire en l’évolution ? Darwin loosed. On disait l’animal plus complexe, plus malléable. En fait, fallait ni l’élire, ni l’inviter. On le croyait assimilable, dissimulable, realpolitik à table : il est là sous nos yeux.

En toutes lettres, en un tweet.

Comme du Poe de Loutre. L'évidence.

« Il n’a jamais cru probable ou possible que le ministre eût déposé sa lettre juste sous le nez du monde entier, comme pour mieux empêcher un individu quelconque de l’apercevoir. » (La lettre volée, Edgar Allan Poe, 1844)

140 signes, ou même pas, sous les yeux du monde entier. L’auteur a tort des deux côtés. Il désarçonne, fait une guerre de Sécession à lui tout seul, fait perdre le Nord, le Sud, bouh ! saoule !

Le calendrier révolutionnaire, ni dieu-ni saint, proposait que la loutre caractérise le 12 août. En cette année 2017, ce fut le jour du drame de Charlottesville. La Maison Blanche n’a rien d’un château brillant, elle rêve de retrouver Lincolgnito : plus qu’à attendre que loutre tombe. Don't you know/They’re talkin' 'bout a revolution/It sounds like a whisper (Tracy Chapman)

Le whisper fait vivre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.