451 billets

Quand un auteur mesure le nombre de billets présents sur son blog et qu’il arrive quasi au n°451, ça lui fait drôle.

Quand un auteur mesure le nombre de billets présents sur son blog et qu’il arrive quasi au n°451, ça lui fait drôle…Même si son entreprise de désencombrement du net n’a rien d’un Farenheit 451, ça le Ray Bradbrûle un peu.

Surtout que c'est la deuxième fois que son blog atteint ce nombre-là. La première fois, c'était en mars 2018.

Arrêt 451 ! Un petit monde descend.

Il pourrait pousser le geste artistique jusqu'à nettoyer son blog à 4h51. Les heures, il aime bien ça.

À défaut de tout l'or d’Orwell (et puis 1984 billets, faut les pondre, hein !) sa numérotation de blog tombe dans les bras de Bradbury.
Vous avez demandé le 451, ne quittez pas. Il connaît le roman (1953), la BD approuvée et certifiée par l’auteur (2010). Et bien sûr l’adaptation de Truffaut (1966) dans laquelle joue Oskar Werner, le Jules de Jeanne, Moreau.

Mort aux livres, c’est en résumé la menace qui plane sur cette société où l’écran a remplacé l’écrit. Du vilain ténébreux. C'est, une nuit, deux-bouts d'allumettes avec pour Plan B : Flamber.
Dystopie, pas mon amie ! Le pompier pyromane existe.

« il ne faut absolument pas feuilleter les livres », heureusement qu'il existe des blogs. Hum…

Il se sent comme un phare dans la nuit ou un Farenheit 451…

Peut-on dissocier le blog de son auteur ? Vaste question.

En tout cas, l'auteur peut facilement raccourcir son œuvre ou du moins sa billeterie. L'auteur est un peu looter, pillard de ses propres blogs.

Élagueur de blog, c'est un métier. Paysagiste, ça existe aussi.

Tiens pourquoi ne pas me dire s'il y a des billets qui valent la peine qu'on n'y touche pas. Des à-laisser-en-l'état. Des trop-nul !-si-pas-découverts.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.