Liberté, Liberté, Erri !

(Il faut lire La parole contraire d'Erri de Luca, Gallimard, 2015. N.B : Dépot légal : décembre 2014, un mois avant l'horreur à Charlie et la revendication internationale de la liberté d’expression)

Après le scandale de l’Huffington post d’Erri de Luca, c’est le temps d'être offusqued en ce lundi 19 octobre où le sort d'Erri se noue. L'écrivain est accusé d' "incitation au sabotage" pour un texte paru dans ce journal en 2013. Aujourd'hui, il risque la prison pour avoir contesté le projet de la liaison rapide entre Lyon et Turin. Jusqu'à huit mois.

Ce procès est-il la démonstration de la puissance des mots ou de la force du système (Post hoc, ergo propter hoc) ?
Les mots de l'écrivain auraient donc pareil poids ? Le poids plume pèserait une tonne ? On emprisonnerait Voltaire après avoir humilié le Platon de l’Europe ? Qu'on s'en remette, alors, à Chrysippe. Ce philosophe grec disait :
- un char passe par ma bouche (impossible !)
- un «char» passe par ma bouche (possible si je dis le mot «char»)

Quel est le lien entre ce philosophe stoïcien antique et notre écrivain italien contemporain, magnifiquement stoïque ?

Tout est dans les guillemets. Erri n'a pas fait, il a parlé. Erri se retrouve, pour quelques guillemets dans un journal, sous le char de la justice. Un char qu’il lui est difficile d’arrêter : il ne lui passe pas par la bouche mais il lui passe sur le corps.

L’intellectuel dont de Luca se revendique n’est pas français mais italien : pas Zola, Pasolini. Un de ces auteurs capables de filer une trempe littéraire à une société injuste. De Luca rêve d’être ce genre d'auteur qui, par un livre, change une vie. Un rêve d'écrivain : écrire un livre fort, marquant, profond, de la dimension d’Hommage à la Catalogne d’Orwell qui, dit-il, changea sa vie.

Pas de gloriole personnelle chez De Luca. Il se voit porte-parole. Cherchant cent mots pour les sans voix, il cite le proverbe biblique «Ouvre ta bouche pour le muet». Il en est si fier de cette abnégation que cette inculpation a une valeur de prix littéraire. Si on ajoute à cette filiation la noblesse de Gandhi, on n'est plus très loin du Prix Nobel de la Paix. Ni auréole, ni gloriole. Ni martyr, ni victime.

Malgré tout, toute cette histoire mène au tribunal. L'ambiance y est plus lourde qu'un papillon. Istigazione a delinquere. Cette accusation d'incitation au sabotage a les accents de l’«outrage à la morale publique et religieuse aux bonnes mœurs» qui frappa Flaubert pour sa Bovary. Ah, Flaubert, ce saboteur de la morale publique…Tiens, Bovary : ça peut se décompenser en Bové-Erri parce qu'il y a du José du Mac Do de Millau dans les propos d'Erri. Mais décomposer les mots ainsi rappellent trop que martyr, c'est pourrir un peu. Décidément, désobéir au courant dominant coûte cher. The Times They Are a Changing ? Sur ce point, pas vraiment. Dans ce bas monde, ça déconne à grande vitesse.

Pour se donner de l’entrain, Erri se souvient de La Marseillaise et de son incitation: "Aux armes citoyens !" Comme un rappel musical de ce lien mot-action qui peut faire hymne. Est-ce que la liberté, la liberté d’Erri soutient son mot saboteur ? «La TAV doit être sabotée.» En tout cas, il prouve sa beauté d'homme libre dans ce participe passé 'sabotée'.

De Luca revendique le droit de mauvais augure ainsi que la polysémie du mot ‘sabotage’ : en grand poète italien qu’il est, il sait qu’on ne met pas le même Piemont dans le même sabotage.

Dans ce pamphlet et dans ses positions, Erri de Luca nous prouve que le Val de Suse ne s’use qui si l’on ne LE sert pas et la lutte, là-bas, a déjà vingt ans. Qu'on s'en remette au bon sens du palindrome pour s'interroger : Si on va en prison pour NO-TAV, où VA-T-ON ? S'il y a des grands projets inutiles, Erri de Luca n'est pas un grand intellectuel inutile.

"J’accepte volontiers une condamnation pénale, mais pas une réduction de vocabulaire" : une belle phrase d'intellectuel engagé.

Être poursuivi par ses mots, ça ressemble à un cauchemar d'écrivain. Dans le cas de de Luca, il y a de quoi ne plus rien entraver au concept de liberté d'expression.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.