Merci d'être passé. A demain !

Notre grande colère, notre grande ire, doit nous faire grandir.

2017-03-22-16-45-31-725x504
Pas avant JC, avant FB, avant le blogish. Le temps des livres lus, le temps des films vus, le temps des pensées pansues. On lisait le journal ! C’était avant le tweet. Le vite fait, le vite envoyé. On ne faisait pas dans le light, mais dans l’enveloppé quand ça passait par la poste ou le développé quand ça passait par tout le reste, cet etc. qu’on a un peu enterré.

On avait du caractère, plein de lettres, de la consistance.
On avait…Pour parler du passé, on utilise l’imparfait. Un bon moyen pour ne pas idéaliser, pour ne pas être hanté par cet ante.
« Si ces hiers allaient manger nos beaux demains ? »
Non, Verlaine, il faut se souhaiter de beaux hiers et de beaux lendemains pour soigner les bobos. Cette nostalgie a l'air vaine. "Parle, passé." Par le passé… L'Histoire se répète ? Le numérique la joue insidieux à nous inviter au copier-coller, à un malicieux angle anglais : COPY PAST.

Pour l’instant, les mots servent à faire clash d’huile. C’est puéril et dangereux. Plutôt que de viser l'essence des choses on agite des bidons d'essence, avec une allumette dans les yeux. Patient, on attend le vol majestueux de l’aigle et on se farcit le Buzz posé sur son poteau, l'air narquois et la serre à rien. On attend l’énergie, on obtient l’inertie. Nos lendemains creusent leurs tombes.

Allons, il ne s’agit pas de s’éclairer, des cierges dans la main, dans une église où la messe se fait en latin.
No futur…euh, nos futurs sont des océans qui ne méritent pas de finir dans un sac plastique.

Levons le nez, déchirons nos plans sur la moquette, envivrons-nous ! Quid de nos vies ? c'est une belle question à se poser chaque jour.

Notre grande colère, notre grande ire, doit nous faire grandir.
Entre expérience et espoir rance, il y a un milieu qu’il nous faut appeler de mille vœux.

Croisons les mots, croyons les mots. Pas de mots-fléchis, des mots démêlés. Crochetons les mots ! Les verrous, les serrures ne méritent que ça.

Nos vieux mots peuvent nous délivrer de nos vieux démons. Apprenons à faire tout notre mot cible. Les mots, à table ! de multiplication.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.