Il étreint les mots pour mieux les allumer

La liste est langue et sa langue est chargée.

 La liste est langue et sa langue est chargée.

Il étreint les mots pour mieux les allumer. Il fait dans le numéro de cirque. Maximus et maxi mots. Cracheur de mots comme on crache du feu. Jamais feus les mots. Ils morflent parfois, version Fort Alamo ou Je T'Aime Mots non plus, mais ne meurent jamais, grâce à leur immortelle latinité : Scripta manent. Même au XXIème siècle, il sait que le latin et le grec restent aux manettes.

Ses mots sont bien briqués. Il les zip haut, ses petits mots du bulbe. Il se sent libre, il se sent Livre. "Ils motorisent" dit-il en parlant de ces petits bouts pleins de lettres, qui se bousculent, minuscules ou majuscules.

Sur le zéro social, l’esprit se dégrade, s’atrophie, se ridiculus mus (pauvre mousse). Lui, il drague le fleuve qui charrie les mots : il sort, il puise, il extrait. Il ne pépie pas façon tweet, mais, dans le charbon de sa nuit, il a la tête aux pépites.
La vie, la vraie, lui fait l’article des mots. "Tu viens t'enrichir ?" Ce fleuve a sa liquidité, ses mots nés, sa page offerte.

C'est du flot, du flow. C’est du piquant. Du love for sel. De l'esprit : du soul for rêve.

Il tire sur la langue, à bout les mots : rouges, noirs, à paillettes. Il griffe les mots pour se faire des angles ; pour se faire des axes, il les désaxe.

Il n’a pas le cœur aride mais le cœur à rire. MoRt. Il fuit la mort en prenant l’air avec les mots. Il ne pense pas à sa mise en bière mais à son panache ! D’A à Z. Il baise ses mots. Il en connaît par cœur même des qui commencent par Q. Excitation lexicale.
Il dresse un monument aux mots. À tous, sans distinction. Allons enfants, dans ce Pas d’tri ! Chantre des tranches de livres aux pages cornées d’abondance. Des mots à copier.

Il pense à ces mots qu’il a adoptés, à ceux qu’il adoptera, à ceux qui ne ne sont pas encore nés. Il fait dans l’accouche-mots sans douleur. Pour ne rien perdre, il a une jolie M’Éternité pour tous ses marmots.

Quand il fait beau, il sort ses mots et soigne ses réparties. Il se fait label.

Les mots, des piges qu'il en fait des pages. Qu'il les croise, qu'ils le croisent, qu'ils se cruciréverbèrent. Des mots bien comme il faut et des mots-chiens qui pissent sur ses idées dans-l'air et leurs lampadaires.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.