Bac de français : Andrée Chedid est une autrice

Vous commenterez le poème d’Andrée Chédid, « Destination : arbre » (Texte C). »

l-onomatopee
« – Texte C : Andrée Chédid, Destination : arbre

1. Commentaire

Vous commenterez le poème d’Andrée Chédid, « Destination : arbre » (Texte C). »

Juin 2019

 

Allons enfants du bac surpris, le jour de l’épreuve de français est passé.

Andrée Chedid est une autrice.

Hiiiii. Badaboum. Sblaf ! Ding-dong. Aaaaarrh. Ouch. Pim. Aïe !

La méprise est triste. L’ « il » est désert : c’est une Elle.

C’est Madame de La Faillite invitée sur la copie.

Les consignes seront à coup sûr indulgentes : « Vous ne tiendrez pas compte de la confusion entre auteur et autrice ». Et il y en a aussi qui sauront, comme « un éclat de feuilles » réjouissant.

La chère autrice est triste et ils n’ont pas lu tous ses livres.

Ils avaient bien croisé un jour cette George Sand au prénom de grand-père, mais là, Andréa aurait été plus claire.

AndréE. Le -e final n’a pas suffi à révéler la meuf.
Chedid. Rien d’une DJ ni d’une Did’che, juste une autrice d’une XXème siècle.
Elle aurait pu se prénommer Arlette, aussi ! « Est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ? » s’écrie le bachelier.

Poétesse ? Qui est -esse ? Quoi googler ? Qu’est-ce qu’il faut googler ?
Jamais croisée ?

Au collège, son nom a peut-être orné quelque recueil de nouvelles ou quelques textes étudiés. Quelques livres existent en édition scolaire (Chez Étonnants Classiques notamment).

« Je la connais, c’est la mère d’Arthur H », disent les plus au fait de la musique écoutée par leurs parents. On n’ose rectifier en leur précisant qu’elle est la grand-mère de l’artiste M (l’éminente mémé d’M).

ll suffit d’une lettre.
Un H, un M ou un -e final. C’est compliqué aussi le français.

Ah, ce fameux -e final qu’ils mettent à fourmi parce que c’est une meuf. « Elle alla crier famine/Chez la Fourmi sa voisine »
Ou à jolie, parce que c’est féminin. « Un garçon jolie ».

Le futur bachelier râle. Andrée n’est jamais là où on l’attend. On la croit homme, elle est femme ; on la croit née dans la province française, elle vient d’Egypte et du Liban.

– La Miss est Mister ?

– Non la Miss Chedid est mystère.

«En ce monde / Où la vie / Se disloque / Ou s’assemble / Sans répit / Le poète / Enlace le mystère»

Andrée et son -e final international, groupons-nous et demain ! appartient au genre humain et féminin.

Les classiques, les auteurs du passé méritent-ils la morgue ? Celles qui fait lancer une pétition sur Change.org.

Est-ce de l’humour inspiré par ce e- final International ? (« Des centaines d’heures de travail pour tomber sur l’inconnu ». Plutôt l’inconnue.)

Même si on se souvient des problèmes qu’avait posé un poème de Victor Hugo dans un précédent bac ou un tigre bleu de Laurent Gaudé, on en revient à cette réalité : il n’y a pas assez d’autrices dans les programmes de français.

Et puis qu’est-ce que cela coûtait de formuler le sujet ainsi ?

« Vous commenterez le poème de la poétesse/de l’autrice Andrée Chédid, « Destination : arbre » (Texte C). »

Avoir des élèves en classe permet souvent d’anticiper… Et d'ailleurs faut-il ou non mettre un accent au nom Chedid ? Le sujet de bac en met un, mais couvertures de livres et pochettes de disques familiaux n'en portent pas.

Destination : arbre

Parcourir l’Arbre
Se lier aux jardins
Se mêler aux forêts
Plonger au fond des terres
Pour renaître de l’argile

Peu à peu

S’affranchir des sols et des racines

Gravir lentement le fût

Envahir la charpente

Se greffer aux branchages

Puis dans un éclat de feuilles
Embrasser l’espace
Résister aux orages
Déchiffrer les soleils
Affronter jour et nuit

Évoquer ensuite
Au cœur d’une métropole
Un arbre un seul
Enclos dans l’asphalte Éloigné des jardins
Orphelin des forêts

Un arbre

Au tronc rêche

Aux branches taries

Aux feuilles longuement éteintes

S’unir à cette soif
Rejoindre cette retraite
Écouter ces appels

Sentir sous l’écorce
Captives mais invincibles
La montée des sèves
La pression des bourgeons
Semblables aux rêves tenaces
Qui fortifient nos vies

Cheminer d’arbre en arbre
Explorant l’éphémère
Aller d’arbre en arbre
Dépistant la durée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.