Philip Roth, le Nobel et la tache

Il aura passé sa vie à rater le Nobel. D’année en année, damné. À en finir blue… Suede shoes. Le Nobel et la tache.

560566-gf
Il aura passé sa vie à rater le Nobel. D’année en année, damné. A en finir blue… Suede shoes.
Le Nobel et la tache.

Certes, c’est une tradition du Nobel de Littérature que des auteurs toquent à la porte des années durant. Le risque pris est de donner au Prix un côté toc. Bien sûr, tous les écrivains ne peuvent être primés, c’est déprimant et élémentaire, mon Cher Stockholm.
Et manquerait plus qu’on leur donne des notes ou que chaque année paraisse un classement des écrivains, selon les continents, les pays, la langue, les régions, les villes, les quartiers, le nombre de pages, de lignes, de mots…et le nombre de prix !

C’est aussi une tradition que La Mort distingue un écrivain avant Le Jury du Nobel. Elle a des impératifs que les honneurs de la littérature ignorent. Elle a cette vilaine manie du point final. On tourne la dernière page et il ne reste qu'une ligne. Elle se trouve drôle, La Mort. Comme elle n’a pas de cœur, elle arrête celui des autres. Elle n’est pas cardiaque, elle est cradoque. Elle périme les hommes avant qu'on les prime. Cradoque du caduc, va !

L’auteur est mort ? Vive l’auteur !

Et si, même mort, l’Académie décernait le Nobel à Philip Roth. Là vite fait, bien fait. Sans esprit de Revanche, Roth pourrait s’offrir une Belle (d'autant plus qu'il s'amusait de cette Arlésienne littéraire).
Sa mort a été apprise a.m, pourquoi pas un Nobel p.m, post mortem.

Une dernière fois debout, après l’avoir été si souvent à son pupitre d’écrivain, dernier poste de travail post mortem, l’auteur viendrait en posthume. Pas en posthume 3 pièces, mais avec 30 romans au compteur, ô conteur ! Tout est littérature. Alors que Tom Wolfe nous laisse son étoffe des héros (https://blogs.mediapart.fr/lepistolero/blog/160518/pyrotechnie-verbale), la littérature américaine nous offre L’étoffe des Roth.

Le démystificateur de l’american dream célébré par la swedish team dans un acte ultime.
Sans oublier que le Nobel de Littérature est empêtré dans un sordide scandale sexuel. Le jury a perdu de son prestige. Le couronnement d’un auteur que le thème justement travaillait prendrait de la gueule. Pour raconter une dernière histoire, une dernière prestidigitation sortie du chapeau de la fiction.
Jury Nobel, je te dis tu et tout : Balance ton report (https://blogs.mediapart.fr/lepistolero/blog/060518/nobel-de-litterature-2018-balance-ton-report) et célèbre Roth (d'autant plus qu'il y a déjà eu des précédents, des prix Nobel remis à des lauréats qui avaient commencé à manger les lauriers par la racine).

2018. Pas de Prix Nobel ? Plus de Philip Roth ? Moins et moins, ça fait plus, non ? Et pourquoi pas le Prix Nobel de Littérature à Philip Roth ?
Y’a plus qu’à.
Le Nobel et la tâche. Ah oui, au fait, le Prix se remet en décembre. Ça laisse le temps.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.