C’est blog, c’est roulé sous les aisselles.

C’est blog, c’est roulé sous les aisselles et le Père Noël est une ordure.

cz1c4deweae6xil
C’est blog, c’est roulé sous les aisselles. Il se croit dans Le Père Noël est une ordure. Question de saison et de retransmission.

Ses billets sortent du four et c’est brûlant. Enfin, brûlant…pas tout à fait. Lui, c’est plus des biais que des billets.
Ça oblique.
Ça oblige à prendre son temps…Le temps que ça refroidisse…On a bien cinq minutes…Cinq minutes au frigidaire…
Oui, finalement c’est bien brûlant !

Le Père Noël est une ordure. C’est blog, c'est roulé sous les aisselles.

Un billet comme une petite lichette. Mou à l’extérieur, mais dur comme de la pierre à l’intérieur. Et sur cette pierre, je bâtirai un billet, s’exclame pompeusement celui qui se rappelle soudain que son blog n’est que roulé sous les aisselles. Entre odeur de synthés des années 80 et auréoles sous les bras.
Sous les aisselles de qui ? Les siennes, celles du temps, celles des autres.

Il aisselle souvent, mais il n’y arrive pas toujours. Et pour tant de coups d'aisselles combien de coups de maître ? Poésie, ça vient d'un verbe grec et ça veut dire faire, fabriquer. Il n'y a ni honte, ni fierté à penser tout bas et à poétiser plus haut. Plus haut que…
Si la "blague sous les aisselles" est une expression de l'argot des ouvriers, pour signifier qu'ils vont parler sérieusement (comme la blague dans le coin), parfois, après avoir ouvert la fenêtre du traitement de textes, et hop ! il y a de quoi mettre par l'autre fenêtre.
« C’que c’est bête, je crains d’avoir été maladroit. »

Il y a des billets qui sont comme de l’intelligence jetée par la fenêtre. Publier, c'est déjà oublier. P/O, un simple changement de lettre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.