Toutes blessent et la deuxième heure supp’ obligatoire tue

Le latin l’avait bien dit : Omnia vulnerant, ultima necat. Toutes blessent et la deuxième heure supp’ obligatoire tue. C’est le concept du burn-août en janvier.

Professeurs pouce en bas dans un tableau de Gérôme Professeurs pouce en bas dans un tableau de Gérôme
Le latin l’avait bien dit : Omnia vulnerant, ultima necat.
Toutes blessent et la deuxième heure supp’ obligatoire tue. C’est le concept du burn-août en janvier.

Omnia vulnerant, ultima necat. Pas si mort qu’il en a l’air, le latin.

Pollice partout. Pollice verso. Pouce en bas. Dislike.

Le diable se niche dans le détail d’un service à 20h pour tout le monde. C’est l’heure supp’ôt de Satan.

Le Comité technique ministériel du 30 janvier va proposer une deuxième heure supplémentaire obligatoire

Les heures supp’. On les appelle par leur petit nom, comme si le fait d’en faire plus que prévu c’était sympa, comme si, defiscalisées, les heures supp’ étaient indolores.

20 heures avec quelques classes à 29-30, ce n’est pas sans effet sur la qualité du cours et la quantité de copies.

Heure supplémentaire absorbée sans douleur ? Cela relève de l’heure supplémenteur.
Cette deuxième heure supp’ qui se trame, c’est le statut qui se déboulonne encore un peu. 20 heures pour tout le monde !

Cui bono ?
À qui profite l’heure supp’ ?
À la recherche des postes perdus. Derrière cette petite heure supp’ individuelle, ce sont des tas et des tas de postes qui seront supprimés. Des kilos et des kilos de maîtres en moins. C’est que la petite syllabe sympa ‘supp’ cache la forêt de postes qui seront supprimés.

Heure Supp’, un coup de pouce pour le pouvoir d’achat ?
On pense à l’arène professorale qui a perdu son estrade et dans ce coup de pouce on voit le pouce en bas de l’imperator Sous-Sous.

L’heure supp’ c’est aussi du cours terme (et du cours terne, à la 20ème on est moins frais). Cette 20ème heure disparait à la retraite. Elle n’aura jamais existé. Sauf bien sûr chaque semaine, chaque mois, chaque année de travail que l’emploi du temps aura fait pendant combien d’années au fait ? On ne sait pas, ça change tout le temps.

Travailler plus, c’est travailler moins…bien.

Source : https://dictionerfs.wordpress.com/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.