« Les avions partiront sans nous »

« Les avions partiront sans nous » dit Michel Piccoli à Romy Schneider, derrière le masque de son personnage des Choses de la vie.

https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=VsWZcwPL7-Q&feature=emb_logo https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=VsWZcwPL7-Q&feature=emb_logo
« Les avions partiront sans nous » dit Michel Piccoli à Romy Schneider, derrière le masque de son personnage des Choses de la vie.

 Flygskam est un mot suédois qui signifie la honte de voler

Le mot vient du nord…et le vent passe sous ma porte. Mais sans avion, au pays de Nils Holgersson, celui qui voyageait par les airs mais sur le dos d’une oie sauvage. Sauvage, The wild way. L'oie pour défier les lois de la gravité.

Le mot vient aussi d’un pays où, dit-on, on prend cinq fois plus l'avion que la moyenne mondiale. L'instrument adoré, l'instrument à voler.

Voler, c'est pas beau.
Tout petit, l’avion volait déjà. En effet, ce mot avion a été volé au latin avis qui désigne l’oiseau. Il faut que l’avion soit sacrément bourré pour se prendre pour un oiseau. C’est hélas ce qui arrivait de façon continuelle : avion plein et petit tarif made the world go round…and mad.
Les choses de l’avis transformées en moyen de transport à ultrarentabiliser.

Flygskam. Cette cam qu’est l’avion a fini par dégoûter certaines consciences, gens conscients de l’urgence d’agir, en plein changement climatique, devant l’attitude générale environnelamentable.

Bien sûr, il y en aura toujours pour dire que ce refus de l’avion n’est que gesticulation. Une façon de brasser de l’air, certes non polluante, mais qui a tout juste la force d’un robinet qu’on coupe en se brossant les dents. Peanuts de Nils.

Il y aussi tous ceux qui ne voyagent pas parce que c'est trop cher. On ne dira jamais assez la vertu de l'inaction de ces pauvres qui protègent si bien les riches du changement climatique. Le journal L'Huma titre, chaque année, sur ceux qui ne partent pas en vacances.

En Suède, il y a des écolos paradoxaux qui veulent plus de bas que de haut. Ils jugent que l’avion est trop rapace à CO2. Un aigle vert. La faute à son effet de serre de grand oiseau d'acier.

Ainsi, l’avion le cède au train. La honte à la fierté. TrainBrag, fierté de prendre le train. Tendance ferrée qui fait rage même s’il faut des dizaines d’heures pour aller de Stockholm en Italie. Le week-end à Rome commence en voiture... Tendance ferrée et ferry, quand l'aéroport est transformé en arrêt au port.

C’est pas le Suédois qui prend l’avion, c’est la honte qui prend le Suédois.

Le jet privé qui met tout à un jet de puce, c’est fini !

Flygskam. Un train en marche va plus loin pour le climat qu’un avion en vol. Les Suédois sont bien élevés et ils n'ont pas besoin d'un avion pour le prouver. C'est le plane bashing façon Nils Holgersson.

Morne plane, oui.

Les effets de la pandémie devrait accompagner ce mouvement, non ? Et ralentir les voies ferrées et ferry.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.