La censure est aveugle, dit-on

Jonas rejeté par la baleine (ou Vargas rejeté par le cétacé). C’est une anecdote racontée par Mario Vargas Llosa dans L’atelier du roman. Conversation à Princeton avec Ruben Gallo, Gallimard, « Arcades ».

Jonas rejeté par la baleine (ou Vargas rejeté par le cétacé) Jonas rejeté par la baleine (ou Vargas rejeté par le cétacé)
C’est une anecdote racontée par Mario Vargas Llosa dans L’atelier du roman. Conversation à Princeton avec Ruben Gallo, Gallimard, « Arcades ».

Lors de la parution de La ville et les chiens, le chef de la censure voulut mettre son grain de sel dans le récit Vargasllosien. Encore un à s'auto-proclamer arbitre des élégances. Bien sûr, il s’agirait de discuter de poète à poète, avec l’auteur. Par exemple, à l’occasion d’un déjeuner. À la bonne franquette & Franco.

A la lecture du récit de Llosa, le Maître des Ciseaux avait tiqué sur la description d’un chef du collège militaire. Rendez-vous compte, le portait physique brossé soulignait que ce colonel « avait un ventre de cétacé ».

Selon lui, cette description ne caricaturait pas que ce chef, elle ridiculisait toute l’Institution.

Mario Vagas Llosa décocha alors une botte secrète (il lui arriva plus tard de décocher autre chose, ). La censure est aveugle, dit-on. Pourquoi ne pas tester l'acuité visuelle de son convive, apprenti maître-censeur ?

Il lui demanda si, plutôt que « ventre de cétacé », « ventre de baleine » conviendrait mieux.

Figurez-vous que cela marcha.

Du haut de sa paire de ciseaux, le censeur en chef reconnut que « ventre de baleine » sonnait plus doux à sa paire d’oreilles.

C’est assez dire la stupidité de la censure qui voit des montagnes et accouche de souris. Pour entrer définitivement dans le rang des auteurs de sainteté, Mario Vargas aurait-il dû se rebaptiser CachaLlosa ? Un nom plus doux, non ?

L’ombre de Moby Dick sauva donc ce qu’un maudit bic avait déclenché. Jonas-Vargas trouva refuge dans un ventre de baleine qui le mit momentanément à l'abri du ventre de la censure toujours fécond, hélas.

De quoi faire rire comme un cétacé.

L’histoire ne dit pas Si ni Quand le mot cétacé fut rétabli. Il ne sait pas non plus quels sont les deux mots originaux qui s'affrontèrent à cette table de déjeuner littéraire improvisé. En espagnol, cétacé et baleine, ça donne quoi ?

Il a désormais furieusement envie de lire La ville et les chiens.

Source : https://lirepeuouproust.wordpress.com/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.