Exiger une enquête sur le machisme gaulois

Nous sommes sous l’emprise croissante d’un machisme gaulois. Il imprègne le débat, gagne du terrain. On parle même de gangrène dangereuse. "machisme gaulois" est l'anagramme de…enfin…vous savez quoi…lis, slame, ô gauchiste !

r-1117551-1498663353-1713-jpeg
Nous sommes sous l’emprise croissante d’un machisme gaulois. Il imprègne le débat, gagne du terrain. On parle même de gangrène dangereuse.

Le machisme gaulois : quelle réalité ?

7 Français sur 10, selon un sondage Non-Orthodoxa Anagramma Consulting, parlent désormais d’un problème de machisme gaulois. Dans les réponses on observe un fossé générationnel : plus la population vieillit et moins elle adhère aux propos polémiques du moment.
La lutte contre le machisme gaulois révèle un fossé générationnel ? 

Par temps de siège de l’Elysée et avec des élections à l’horizon, c’est courant : le fossé, la palissade et les mots qu’on catapulte. Ça rappelle Alésia. Ça fait longtemps qu’on sait que la Gaule est divisée en trois parties (Gallia est omnis divisa in partes tres disait déjà César qui s’y connaissait aussi autant en imperium de l’homme blanc qu’en qu’en-selle culture, mais c’est une autre histoire).

Certains parlent d’un vocable inopérant. D’autres regrettent qu’aucune différence ne soit faite entre macho et machisme. D’autres se justifient : « J’ai beaucoup de proches qui sont femmes. Par exemple, tenez, mon épouse. » Pour beaucoup, il s'agit de faire croire à l'existence d'un complot contre le mode de vie des Français. 

Heureusement que les lettres sont dans le bon ordre, pour un peu dans ce "machisme gaulois" on n'y aurait vu qu'un « aigu-masochisme », autant dire que du feu.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.