On a déshabillé Pierre pour habiller un duopole

"Le duopole RN/LRM" entend-on répéter sur les ondes.

Le Bailly Le Bailly
"Le duopole RN/LRM" entend-on répéter sur les ondes. RN/LRM, les consonnes, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît.

D’autres l’ont dit avant nous : mal nommer un objet non identifié, c'est ajouter au malheur de ce monde.

En pleine soirée électorale, nous voilà obligé de consulter un dictionnaire. On y découvre "Duopole : Situation d'un marché sur lequel la concurrence s'exerce entre deux vendeurs et une multitude d’acheteurs."

"Le duopole RN/LRM". Avec ce mot qu’on invite dans les résultats électoraux, c’est l’économie qui finit de mettre le pied dans la porte. Et dire qu’on croyait voter. On confond vente et vote. La soirée est-elle plus vendeuse ?

On croit voter pour des listes, on vote pour des industriels.

L’étymologie est claire. Le pole de duopole n’a rien à voir avec la belle πόλις grecque mais avec le rude πωλεῖν qui signifie négocier, trafiquer puis vendre.

Adieu Cité au sens étymologique du terme. Bonjour Duopole et sa cité commerciale. La République en marché ?

Duopole. Ce mot cité est parlant. La démocratie est au rabais, à l'encan ?

Le changement climatique provoque la fonte des glaces aux pôles ; les élections provoquent l’affront d’un duopole.

Le citoyen doit-il attendre les soldes ?

Va-t-il devoir s'enthousiasmer pour les belles histoires de l'Oncle Duopole ?

En fait, c'est un anglicisme qui vient de s'installer dans nos commentaires politiques. Il vient des USA et de leur duopolistic système.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.