Le Groenland se fissure et risque d'inonder le monde littéraire ?

C'est du réchauffement climatique appliqué à la littérature. Le Groenland se fissure et risque d'inonder le monde littéraire ? Groenland et littérature ? Et pourquoi pas ?

fullsizeoutput-45-226x339
Le Groenland se fissure et risque d'inonder le monde littéraire ?

C'est du réchauffement climatique appliqué à la littérature. Le Groenland se fissure et risque d'inonder le monde littéraire ? Groenland et littérature ? Et pourquoi pas ?

Rien d’une arnaque.
Une Arnaq plutôt. Ce mot est un prénom féminin groenlandais qui signifie « femme », comme le souffle une des régulières notes de bas de pages, comme autant de pas dans la neige.

Des pas dans la neige ? Attention !

Si le lecteur s’attend à lire 51 nuances de neige brûlante façon Inuit, qu’il passe son chemin. De même qu’il prenne un autre livre, s’il cherche la fantaisie d’un conte de Jorn Riel, façon Pani, la petite fille du Groenland ou autre Garçon qui voulait devenir un Être Humain.

Ou plutôt non. Naamik (1).

S’il s’attend à tout ça, s’il cherche tout ça dans le confort du déjà vu, du déjà lu, qu’il saisisse l’occasion de s’ouvrir l’horizon. La fenêtre est peut-être un peu dure à ouvrir, mais l'ouvrir en vaut la chandelle littéraire. L’ouverture d’esprit, ça s’appelle. À ne pas confondre avec un petit "Comment peut-on être groenlandais ?" très parisien.

La douche froide balaie les idées reçues. Sous la forme d'un orage oral, le livre adresse une invitation à tous les curieux.

Homo sapienne, c’est l’histoire de cinq personnages comme cinq doigts d’une main qui fait signe à l’universel. C’est du mal naître, du mal être urbain dans la ville de Nuuk, capitale du Groenland. Ici ou ailleurs, les vingtenaires cherchent leurs personnalités, leurs identités sexuelles. Des boîtes de nuit. De l’alcool. De l’amour. Des naissances. Des tensions. Tabous pas être beaux, monde cinglé ! Des SMS, des mails et un jeu sur l’étrangeté des langues (dans la version française, le texte s'accompagne de groenlandais et d'anglais). Enfin, une playlist musicale pour prolonger la lecture d’un roman pour le moins choral avec ces histoires croisées dans un petit effet Rashomon.

Loin d’une mappemonde préconçue, il nous happe ce monde qui ressemble tant au nôtre.

Pour ce livre désormais dans nos librairies, la route fut longue. Ce livre écrit en groenlandais (en kalaallisut) a été traduit par l’auteur en danois, puis traduit en français par Inès Jorgensen pour une maison d’édition québécoise.

Voilà donc un nouvel arctic à intégrer au dictionnaire des littératures du Nord.

Homo sapienne, un livre qui rappelle, selon l’expression de Miguel Torga, que l’universel, c’est le local moins les murs.

En d'autres terres / N'importe où / Nanortalik (Dominique A.)

Homo sapienne de Niviaq Korneliussen, La Peuplade, trad. du danois par Inès Jorgensen, validation linguistique à partir du texte original groenlandais par Jean-Michel Huctin, 2017

(1) "Naamik" signifie "non" en groenlandais

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.