Prénom : Carmen

Fin de Week-end. Le cœur dépressionnaire. Prénom : Carmen. Littéral et littoral.

prenom-carmen

Carmen, le prénom d'une tempête qui a soufflé sur la France en décembre.

Fin de Week-end. Le cœur dépressionnaire. Prénom : Carmen.

Littéral et littoral.

One plus one. Deux ou trois choses que je sais d’elle grâce aux professionnels de la profession.
Tempête. Ni périmée, ni Mérimée : non, plutôt Prosper, en pleine forme.

Carmen qu’on voit danser. D’actualité. A balayer les coins les plus reculés de l’hexagone. Gitane qui contraint à se gîter au plus vite.

Carmen. À une lettre près, le nom d’un président qui voulut, avec ses co-efficients, tout renverser.

Carmen. À se trouver fort dépourvu, quand la Bizet fut venue.

Elle n’est pas À bout de souffle. Au contraire, elle est forte de sa Nouvelle vague.
« Et tes côtes, tu les aimes tes côtes ? »
Sauve qui peut la vie et, si je t’aime, prends garde à toi.

Un temps Fêtes : Tempête. On en raffole. Elle ? En rafales ! Carmen tant pète, une vraie mouffette de Noël : fallait pas l’inviter. Le Mépris.
Houle pas sentimentale. Comme un arbre sur la tête à faire de Pierrot le fou.

Les Opera mundi sont impénétrables. Le prénom de la fille d’un dictateur espagnol qui disparaît, le prénom d’une tempête qui apparaît. Réincarmenation. Carmen. Bande à part. On reste sans voix. Adieu au langage.

Je ne vous salue pas, Carmen.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.