Les Heures Heureuses
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 avr. 2022

« Les heures heureuses » : un mot de Pierre Delion sur la détérioration de la psychiatrie

Dans le cadre de la sortie au cinéma du film Les heures heureuses (20 avril 2022), Pierre Delion, professeur émérite de psychiatrie, pédopsychiatre et psychanalyste nous offre son regard sur la psychiatrie de ces 30 dernières années.

Les Heures Heureuses
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

PSYCHIATRIE : UN REGARD SUR LES 30 DERNIÈRES ANNÉES

par Pierre Delion

À partir des années 1990, la psychiatrie qui vient à grand peine de trouver son rythme de croisière en articulant les inventions géniales de la psychothérapie institutionnelle et de la psychiatrie de secteur, se voit remise en cause. Plusieurs facteurs vont remettre en question cette politique psychiatrique novatrice que nous ont enviée bien des pays : les intersectorialités *, l’absence de prise en considération des charges supplémentaires dues aux soins en extrahospitalier, la détérioration des crédits alloués à la psychiatrie, l’intégration de la psychiatrie dans la médecine de spécialité sans tenir compte de ses spécificités, notamment l’internat en médecine pour tous et l’arrêt des centres de formations d’infirmiers psychiatriques. 

Si quelques services de psychiatrie avaient réussi à prendre une place décisive dans la cité en s’insérant dans les réseaux où leurs actions devenaient progressivement efficaces en jouant sur la désaliénation (liens avec les médecins généralistes et les pédiatres, proximité des lieux de vulnérabilité tels que les maisons de retraite, les foyers de jeunes travailleurs, les établissements scolaires et médico-sociaux, les équipes des circonscriptions sociales...), en mettant en place des CMP (Centres médicaux-psychologiques) dans les différents sites stratégiques de leur secteur géo-démographique, des hôpitaux de jour, des accueils d’adolescents en crise, en créant des clubs thérapeutiques autour des CMP sectorisés, une bonne partie d’entre eux résistait à ces changements fondamentaux pour l’exercice d’une véritable psychiatrie citoyenne, et préférait rester centrée sur le service hospitalier, dérogeant ainsi à la logique de la sectorisation dispensant les soins « au plus près des gens ».

 Cette involution s’est accompagnée d’une montée en puissance de l’influence des neurosciences dans la formation des psychiatres, non pas en complément des formations à la psychothérapie, ce qui aurait été souhaitable, mais en opposition avec elle, obligeant les jeunes praticiens à choisir un « camp » contre l’autre. Cette tentative d’instrumentaliser les neurosciences pour développer le secteur de la recherche qui était en retard, a eu pour effet de renvoyer tous les acquis de la psychopathologie transférentielle ** aux poubelles de l’histoire, sous le faux prétexte de leur non-évaluation scientifique. À cela s’est ajoutée l’intervention déplacée d’un président de la République (2008), déclarant que les « fous » étaient dangereux et qu’il y avait lieu à nouveau de les enfermer pour les empêcher de nuire. Les spécialistes nous précisent pourtant que les malades mentaux sont beaucoup plus souvent victimes de violences sociétales qu’auteurs d’actes répréhensibles. De plus, des associations de familles d’enfants autistes se sont insurgées contre la pédopsychiatrie, en raison de ses racines exclusivement psychanalytiques. Si des excès ont effectivement pu avoir lieu du fait de soi-disant psychanalystes peu scrupuleux, il n’était pas acceptable que ces familles soutenues par des politiciens démagogues, réclament la suppression de la psychanalyse dans les pratiques psychiatriques.

 Demanderait-on la suppression de la chirurgie sous le prétexte qu’un chirurgien ait commis une faute professionnelle ? Enfin, la loi HPST*** (2009), démédicalisant radicalement l’hôpital, le confie à des new managers qui le considèrent ni plus ni moins comme une entreprise comme les autres. Ces nouvelles techniques d’organisation stérilisent à la base toute tentative de réécrire un projet concernant le service public en général, et celui de la psychiatrie en particulier. 

Toujours est-il que la psychiatrie d’aujourd’hui, minée par le départ de très nombreux professionnels (psychiatres, infirmiers...) devient impraticable dans des conditions humaines acceptables, et le retour des pratiques asilaires vient marquer ces lamentables régressions : les contentions augmentent, les services fermés sont la norme, les prescriptions de neuroleptiques et autres psychotropes (méthylphénidate, anxiolytiques...) dépassent les nécessités thérapeutiques souhaitables. Les soignants qui restent sont laminés par la lourdeur du travail, et beaucoup avouent avoir perdu le sens de leur métier, et l’éthique de son exercice.

Tosquelles, Bonnafé, et tous ceux qui avaient participé à la fondation d’une psychiatrie humaine et étaient parvenus à la mener jusqu’à sa réalisation concrète, sont aujourd’hui oubliés ou servent de caution à des semblants de psychiatrie qui n’ont plus rien à voir avec le projet initial. Nous avions les moyens de soigner humainement les patients souffrant psychiquement des maladies les plus graves, mais la prédominance des consignes d’économies à tout prix, les imbécillités du new management et les attentes idéalisées des résultats des neurosciences ont empêché objectivement de conduire cette révolution à son fonctionnement optimal. 

Le film de Martine Deyres retrace avec un talent remarquable les origines de ce mouvement, et il pourrait aider les jeunes praticiens de tous les statuts de la psychiatrie à réinventer une psychiatrie digne de ce nom.

Pierre Delion est professeur émérite de psychiatrie, pédopsychiatre et psychanalyste.

Il est l’auteur, entre autres, de Mon combat pour une psychiatrie humaine, co-écrit avec Patrick Coupechoux, Albin Michel, 2016. 

Notes de l’équipe de distribution :

* intersectorialité : mise en commun des moyens en personnels et équipement.

** psychopathologie transférentielle : clinique basée sur le transfert, la relation.

*** loi HPST (hôpital, patient, santé, territoire)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo