Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

1015 Billets

15 Éditions

Tribune 2 sept. 2020

Remaniement de la honte, gouvernement anti-social: stop à la guerre contre les femmes!

Face à un gouvernement qui perpétue la culture du viol et méprise les minorités de genre, un ensemble de collectifs féministes appellent à une large mobilisation nationale le 8 septembre. « Construisons un monde féministe! » exhortent-elles, pour construire peu à peu les luttes jusqu'à une grande grève du 8 mars 2021. « Envahissons les rues, manifestons, occupons l'espace public pour construire une société juste: féministe, anticapitaliste et antiraciste ».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Le 7 juillet 2020, Emmanuel Macron a enterré, avec le remaniement ministériel, la « grande cause du quinquennat » : l'égalité entre les femmes et les hommes. Il a montré que la dignité et le respect des femmes, des personnes LGBTQIA+ et des habitant·es d’Outre-Mer sont moins importants à ses yeux que le maintien au pouvoir des oppresseurs.

En nommant Gérald Darmanin au ministère de l’Intérieur et Eric Dupond-Moretti au ministère de la Justice, il nous adresse un message clair, à nous qui subissons les violences sexistes et sexuelles et qui nous battons chaque jour pour qu’elles cessent : une accusation de viol n’empêche pas de devenir ministre et la justice continuera de protéger les violeurs et les harceleurs ! La présomption d’innocence, argument juridique, ne peut justifier ce choix politique : la culture du viol est ainsi perpétuée, renforcée et banalisée. 

Les nominations de Gérald Darmanin et Nathalie Elimas, nouvelle secrétaire d’État à l’éducation, nous montrent aussi qu’aux yeux du gouvernement en place, l’homophobie n’est pas un problème. S’être opposé au mariage pour tous et contester l’égalité des droits des personnes LGBTQIA+ n’empêche pas de devenir ministre. C’est une violente banalisation des oppressions sexistes et LGBTQIA+phobes, alors même qu’en juillet 2020 l’Assemblée vote l’ouverture à conditions égales de la PMA aux couples de femmes. Il reste néanmoins inacceptable qu’elle ne soit pas ouverte aux hommes trans et aux personnes non-binaires. La PMA doit être ouverte à toutes les personnes, quelles que soient leur identité de genre et leur situation de famille, et ce dans le respect et la reconnaissance de leurs identités, ce qui constitue un droit fondamental humain.

Quant à la nomination de Sebastien Lecornu en tant que ministre d’Outre-Mer, elle confirme le néo-colonialisme de l'État français sur ses territoires. Pourquoi ne pas avoir nommé une personne originaire de ces anciennes colonies ? Les peuples dits d’Outre-Mer ne seraient-ils donc pas capables d'administrer eux-mêmes leurs propres territoires ? Le gouvernement réaffirme ainsi sa position réactionnaire et paternaliste au service de l'ordre néolibéral et raciste.

Ce remaniement ne nous fait cependant pas oublier que le précédent gouvernement nous menait déjà la guerre.

En 2020, les femmes se sont chargées des tâches les « plus essentielles », dans les sphères publique et privée : nous avons occupé majoritairement les postes les plus utiles au pays durant la crise sanitaire, tout en continuant d'assumer gratuitement le travail domestique, largement dévolu aux femmes, et qui ne bénéficie toujours pas de la moindre reconnaissance sociale ni d’un travail sociétal et éducatif de fond sur les stéréotypes de genre. Le salaire des caissières ? Parmi les plus bas, malgré les énormes bénéfices des grandes surfaces. La prime Covid-19 ? Accordée à une minorité de salarié·es, sur des critères volontairement restrictifs. Le salaire des soignant·es ? Parmi les plus bas en Europe. Le salaire des agent·es de nettoyage ? Même schéma, agrémenté de mépris, d'invisibilité et de racisme. Et pour compléter, un projet de loi sur les retraites injuste et inégalitaire pour toutes ces travailleuses indispensables, maintenues jusqu'au bout de leur vie dans une extrême précarité.

Premières impactées par la réforme des retraites, premières exposées et exploitées durant la crise sanitaire et premières méprisées par le gouvernement : les femmes et les minorités de genre disent STOP ! Stop à la guerre sociale, stop à la guerre faite aux précaires, aux femmes et aux minorités de genre !

Les grèves féministes à l'international se multiplient ces dernières années et nous montrent que la lutte contre le patriarcat est de plus en plus visible et organisée. Si les femmes s'arrêtent au travail, dans leur foyer, si elles arrêtent d'éduquer, de prendre soin, de nettoyer, de nourrir, si elles refusent les rôles qu'on leur assigne depuis leur enfance, TOUT s'arrête ! 

Continuons ces luttes féministes pour que le 8 mars 2021 soit un jour en France où toutes les personnes opprimées s'arrêtent ! Grèves, blocages, occupations, construisons un rapport de force et imposons nos revendications, nos actions et nos modes d'être ! Mobilisons-nous avec les travailleur·ses, syndicalistes, étudiant·es, chômeur·ses dès la rentrée, pour s'arrêter un jour, des semaines, des mois tant que nous n'aurons pas un changement radical pour plus d'émancipation et de justice sociale pour toustes ! 

Rendez-vous dès la rentrée, le 8 septembre 2020, partout en France !

Envahissons les rues, manifestons, occupons l'espace public pour construire une société juste : féministe, anticapitaliste et antiraciste ! 

Signataires :

Assemblée féministe Toutes en Grève 31, Colleurses Grenoble, Collectif Nîmois Droit des femmes, DDF Rouen, Exctinction Rebellion Val D'oise, Féministe révolutionnaires Nantes, Femmes Kurdes Toulouse, FFRAC Mantes La Jolie, Groupe féministe Fougères, Héroïnes du 95, Les Effronté-e-s, Marseille Féministe, Nous Toutes Paris Sorbonne, Nous Toutes 35, Nous Toutes 38, Nous Toutes 76 - Le Havre, Transat, Youth For Climate Val d'Oise,Wonder Sisters.

Pour nous rejoindre, signer l'appel ou avoir plus d'information sur les événements prévus : huit.septembre.feministe@protonmail.com

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis