Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

1046 Billets

15 Éditions

Tribune 4 mai 2018

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Contre la saison France-Israël

Dénonçant une opération où la Culture sert de «vitrine» à l'État d'Israël et à sa politique chaque jour plus dure envers les Palestiniens, 80 personnalités issues du monde des arts affirment leur refus de participer à la «Saison France-Israël» et expliquent les raisons de leur choix. Parmi eux : Alain Damasio, Annie Ernaux, Tardi, Nathalie Quintane ou Jean-Luc Godard.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

A l’occasion du 70e anniversaire de la fondation de l’Etat d’Israël, une Saison Franco-Israélienne va s’ouvrir au mois de juin prochain en France. Elle est organisée d’un côté par l’Institut français, émanation des ministères des Affaires étrangères et de la Culture, et de l’autre par le bureau du Premier ministre israélien, par les ministères des Affaires étrangères, de la Culture, de l’Economie, des Sciences, des Affaires stratégiques, des Affaires de Jérusalem, par la Chambre de commerce franco-israélienne et par l’ambassade d’Israël à Paris. Cette Saison archi officielle comportera un grand nombre d’événements dans le domaine de la culture, expositions, représentations théâtrales, lectures, projection de films, etc.
Pour nous, musiciennes, écrivains, cinéastes, metteures en scène, comédiens, techniciennes, plasticiennes, photographes, dessinateurs, danseurs et danseuses, cette initiative, sous couvert de promouvoir le dialogue et l'échange, est en réalité l'un des moyens mis en œuvre par le gouvernement israélien pour redorer le blason de l’Etat d’Israël, passablement terni par sa politique chaque jour plus dure à l’encontre des Palestiniens et son statut de start-up nation du sécuritaire.
Comme l’a dit Reuven Rivlin, président de l’Etat d’Israël, « les institutions culturelles forment une vitrine dans laquelle Israël présente d’elle-même une image démocratique, libérale et critique ». Par solidarité avec les Palestiniens, nous refusons de figurer dans cette vitrine, nous ne participerons pas à la Saison France-Israël et nous appelons à ne pas y participer sous quelque forme que ce soit. 

Les signataires :

Pierre Alferi, écrivain

Guy Alloucherie, metteur en scène

Valérie Belin, photographe

Stéphane Bérard, plasticien

Christian Benedetti, metteur en scène

Arno Bertina, écrivain

Julien Blaine, écrivain

Simone Bitton, cinéaste

Irène Bonnaud, metteure en scène et traductrice

Catherine Boskowitz, metteure en scène

Nicolas Bouchaud, comédien

Alain Bublex, plasticien

Robert Cantarella, metteur en scène

Laurent Cauwet, écrivain

Laurence Chable, comédienne

Fanny de Chaillé, chorégraphe

Patrick Condé, comédien

Enzo Cormann, écrivain

Stéphane Couturier, photographe

Sylvain Creuzevault, auteur/metteur en scène

Alain Damasio, écrivain

Luc Delahaye, photographe

Philippe Delaigue, metteur en scène

Eva Doumbia, metteure en scène, auteure

Valérie Dréville, comédienne

Dominique Eddé, écrivaine

Annie Ernaux, écrivaine

Fantazio, musicien     

Sylvain George, cinéaste

Liliane Giraudon, auteure

Sylvie Glissant, Institut du tout monde

Jean-Luc Godard, cinéaste

Dominique Grange, chanteuse

Harry Gruyaert, photographe

Alain Guiraudie, cinéaste

Eric Hazan, écrivain-éditeur

Laurent Huon, comédien

Imhotep, compositeur, groupe IAM

Valérie Jouve, photographe

Nicolas Klotz, cinéaste

Leslie Kaplan, auteure

Kadour (HK), chanteur

La Parisienne Libérée, chanteuse

Pierre-Yves Macé, compositeur

Pierre Maillet, comédien et metteur en scène

Jean-Paul Manganaro, écrivain et traducteur

André Markowicz, écrivain, traducteur

Myriam Marzouki, metteure en scène

Maguy Marin, chorégraphe

Jean-Charles Massera, artiste, écrivain

Valérie Massadian, cinéaste

Daniel Mermet, réalisateur

Natacha Miche, auteure

Alexandre Mouawad, éditeur-graphiste

Nicolas Milhé, plasticien

Jean-Pierre Moulin, comédien

Gérard Mordillat, écrivain

Bernard Noël, écrivain

Vincent Ozanon, comédien

Elisabeth Perceval, cinéaste

Mathieu Pernot, photographe

Ernest Pignon-Ernest, plasticien

Christian Prigent, écrivain

Amandine Pudlo, comédienne

Nathalie Quintane, auteure

Adelibe Rosenstein, metteuse en scène

Mala Sandoz, metteuse en scène

Eyal Sivan, cinéaste

Samuel Steiner, écrivain

Philippe Tancelin, poète

François Tanguy, metteur en scène

Tardi, dessinateur

Serge Teyssot-Gay, musicien

Mathilde Villeneuve, lab. Aubervilliers

Martine Vandeville, comédienne

Jean-Jacques Viton, écrivain

Martin Winckler, écrivain (et médecin)

Dominique Ziegler,  auteur-metteur en scène

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert