Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

952 Billets

15 Éditions

Tribune 7 déc. 2021

La libération de Ramy Shaath est-elle toujours une priorité pour la France ?

Le 7 décembre 2020, le Président Emmanuel Macron évoquait publiquement la situation du défenseur des droits humains Ramy Shaath lors d’une conférence de presse avec le Président Al Sissi. Un an plus tard, l’activiste des droits humains est toujours emprisonné, tandis que de nouveaux contrats d’armement ont été signés avec l’Égypte. Plusieurs ONGs dénoncent cette situation et s'interrogent sur l'action du gouvernement français.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Depuis l’arrestation du défenseur des droits humains égypto-palestinien Ramy Shaath et l’expulsion illégale de son épouse française, Céline Lebrun Shaath, vers la France en juillet 2019, les autorités françaises se disent fortement mobilisées sur sa situation, dans le cadre précisent-elles, d’un « dialogue franc et exigeant avec l'Égypte sur la question des droits de l'Homme ».

Pourtant, un an jour pour jour après le discours d’Emmanuel Macron, rien n’a changé ou presque. Si Céline Lebrun Shaath a pu se rendre quelques jours au Caire en février dernier pour rendre visite à son époux, celui-ci continue de dormir sur le sol dur et froid d’une cellule surpeuplée de 25 m2 avec une quinzaine d'autres codétenus.  

Depuis près de 900 jours, Ramy Shaath est maintenu en détention préventive, uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d'expression et à la participation aux affaires publiques. Une détention arbitraire mais aussi illégale au regard de la loi égyptienne, qui fixe à deux ans la durée maximale d’une telle détention.

Par ailleurs, après son ajout arbitraire sur la « liste des personnes et entités terroristes », dénoncée par des experts de l’ONU, sa procédure d’appel a été rejetée par un tribunal égyptien malgré l’absence de preuves et d'enquête.

Il y a un an, le président Macron disait ne pas conditionner la « coopération en matière de défense comme en matière économique [aux] désaccords » sur les droits humains, estimant qu’un tel conditionnement « serait inefficace sur le sujet des droits de l'homme ».

Les visites de haut niveau se sont depuis succédé, et de nouveaux contrats économiques et d’armement ont été signés. Ramy Shaath n’a toujours pas été libéré.

Pourquoi la France qui se targue d’un partenariat stratégique privilégié avec l’Égypte, est-elle incapable d’obtenir la libération d’un homme, défenseur des droits humains et époux d’une citoyenne française ? Où est l'efficacité ?

Il y a un an, Emmanuel Macron soulignait également l’importance d'une « société civile dynamique, active et inclusive ». Il est plus que temps d’obtenir de son allié égyptien des engagements concrets en ce sens, à commencer par la libération de Ramy Shaath et la réunification de sa famille.

Signataires :

Action des chrétiens pour l’abolition de la torture - France
Amnesty International France
L'Institut du Caire pour les études des droits de l'Homme
Fédération internationale pour les droits humains
Ligue des droits de l’Homme
Human Rights Watch

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social