Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

936 Billets

15 Éditions

Tribune 13 mars 2017

Appel contre les discriminations en sorties scolaires

Elise Boscherel, professeure en lycée professionnel à Épinay-sur-Seine, lance un appel à tous les personnels d'éducation contre les discriminations en sorties scolaires qui fait suite à des contrôles au faciès que ses élèves ont subis au retour d'un séjour à Bruxelles.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Mercredi 1er mars 2017, en revenant d'un séjour scolaire à Bruxelles, trois de mes élèves se sont fait contrôler par des policiers à deux points différents de la gare du Nord. L'un d'eux s'est fait attraper par le bras, fouiller, tutoyer, un autre a dû ouvrir sa valise devant le reste de la classe. Un troisième s'est fait contrôler en sortant tout juste du train, sur le quai. Ce sont donc trois garçons sur les cinq présents qui ont dû se soumettre à un contrôle d'identité. Pourtant, à 20h00, en pleine heure de pointe, nous n'étions évidemment pas les seuls à circuler dans la gare.
Ces contrôles sont sans nul doute liés à leur apparence physique : Ilyas est d'origine marocaine, Mamadou d'origine malienne et Zakaria d'origine comorienne. Ce sont de jeunes garçons qui vivent à Épinay-sur-Seine en Seine-Saint-Denis. Ils représentent donc à eux seuls ce que l'on nomme communément «les jeunes de cité». Quelles autres raisons pouvaient justifier ces vérifications ?
La réalité que vivent certains de mes élèves est bien différente de la mienne qui suis une professeure blanche, jamais contrôlée, jamais jugée, jamais discriminée en raison de la couleur de ma peau.
Ces sorties scolaires me font prendre conscience à quel point leur quotidien est épuisant et stressant. Avant même d'ouvrir la bouche, ils semblent être toujours présumés coupables; aux yeux des policiers, de certains personnels de la RATP, de la SNCF. Ce n'est pas la première fois qu'en tant qu'enseignante, je dois faire face à un contrôle d'identité ou à des comportements mal intentionnés de la part d'adultes dans les gares, dans le métro, dans le train, dans les musées.
«Liberté, égalité, fraternité» leur apprend-on. Pas pour eux. Ces élèves que j'apprécie tant, ces «jeunes à casquettes» que je vois encore comme des enfants sont trop souvent maltraités, humiliés, malmenés par notre République. Mon devoir est de les protéger et de leur permettre de sortir de l'école en toute quiétude.
Je ne supporte plus les regards malveillants qu'ils subissent, ces sommations à devoir se justifier sur chacun de leurs déplacements. Ce sont de véritables assignations à résidence physique, symbolique d'une partie de notre jeunesse, celle des banlieues, celle de nos quartiers populaires. La société leur envoie continuellement le même message : restez chez vous ou ça se passera mal.
On nous demande d'organiser des sorties avec nos élèves, de leur faire découvrir des musées, de leur permettre d'accéder aux savoirs différemment. Mais celles-ci sont toujours préparées avec une double appréhension : celle liée aux comportements de nos élèves eux-mêmes (faire le moins de bruit possible, être attentifs; ils doivent surtout ne pas se faire remarquer) et celle liée aux réactions extérieures. Dans de telles conditions, comment envisager sereinement ce type de projet ? Elles entraînent malheureusement trop souvent des humiliations supplémentaires.
Il est donc temps de dénoncer ces discriminations à chaque fois que nous y sommes confrontés. Ces contrôles ne doivent pas devenir une banalité.
C'est la raison pour laquelle j'en appelle à tous les personnels d'éducation de porter plainte auprès d'un commissariat étranger à l'affaire ou du procureur de la République, de l'IGPN et, en tout état de cause, auprès du Défenseur des Droits, à chaque fois que nos élèves sont discriminés dans le cadre de sorties scolaires.
Je demande également à ce que soit organisée chaque année, dans les établissements scolaires, une journée de lutte contre le racisme et à ce que des associations de lutte contre les contrôles au faciès interviennent dans les classes. Nos élèves doivent pouvoir porter plainte, ils doivent pouvoir se défendre.
La violence n'est pas que policière. C'est la violence d'une société toute entière qui porte un regard beaucoup trop accusateur sur eux. Cette jeunesse ne demande pourtant qu'à être respectée et considérée.
Parce que l'école est leur dernière protection, je vous propose de relayer cet appel!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau