Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

936 Billets

15 Éditions

Tribune 15 déc. 2016

Halte à la casse de l'enseignement supérieur!

Lettre ouverte au Président de la République à propos de l'avenir de l'enseignement supérieur, par Jean-Paul Deroin, professeur des Universités à Reims, président de la CP-CNU (Commission permanente du Conseil national des Universités). «La communauté universitaire, qui est en charge de l’avenir de la jeunesse, ouverte aux évolutions de la société, s'inquiète d'une si faible considération» s'insurge-t-il.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Monsieur le Président de la République,

Au cours de l’allocution à la Nation le 1er décembre 2016, vous avez dressé le bilan de votre quinquennat dont la jeunesse était la priorité. Aucun mot n’a été dit sur l’enseignement supérieur, la recherche, l’innovation, les universités ou encore l’avenir des jeunes diplômés.

Pas un mot pour présenter les universités exsangues suite à diverses lois, initiées par vos deux prédécesseurs mais continuées et aggravées dès 2013 sous l’action de vos gouvernements. Les postes promis à l’enseignement supérieur ne sont souvent pas pourvus afin de contribuer au renflouement financier des établissements. Ainsi, pour la première fois, depuis des décennies, l’année 2015 a vu le nombre d’enseignants-chercheurs diminuer (en France) ! La précarité dans tous les emplois s’installe au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche. Des filières de formation ferment dans certains établissements. Pourtant, le flux d’étudiants ne cesse de croître. Pourquoi ne pas augmenter les moyens en conséquence comme en Allemagne, pays que l’on cite si fréquemment comme la référence ?

Pourquoi ne pas avoir dit que les mesures du type CICE (crédit d’impôts pour la compétitivité et l’emploi) ont été principalement bénéfiques aux entreprises ? Le retour sur l’activité de recherche des universités n’est pas au niveau des sommes en jeu. Une des plus importantes sources de financement extérieur des universités – la taxe d’apprentissage – a même été tarie par les dispositions législatives de votre gouvernement.

Pas un mot sur les effets déstabilisants de la réforme territoriale, de ses conséquences sur les établissements d’enseignement supérieur, sur leur potentiel de recherche et leur offre de formation. Des regroupements hétéroclites d’universités et d’établissements sont mis en place dont le rôle n’apparaît toujours pas clairement, même après qu’ils aient changé plusieurs fois de noms. Dans le cadre des différents PIA (programmes d’investissements d’avenir), une énergie considérable est dépensée en montage de projets voués dès le départ à un échec certain. Seule une poignée d’établissements y réussissent, succès relatif car les projets clivent plus qu’ils ne fédèrent la communauté universitaire locale. Même épuisement en montage de projets pour l’ANR (agence nationale de la recherche) dont le taux de réussite à l’appel d’offres est d’un projet accepté sur dix soumis.

Pas un mot sur la réforme de la formation des enseignants – impulsée par plusieurs gouvernements depuis 2008 et accélérée sous votre quinquennat – qui conduit à sacrifier l’acquisition des connaissances disciplinaires, entraînant un abaissement des savoirs transmis aux jeunes par l’intermédiaire de programmes qui changent constamment.

Pas un mot sur le récent décret doctorat qui marginalise le directeur de thèse, un événement unique dans l’histoire des universités. En France, ce grade universitaire n’est guère défendu ni valorisé, alors que dans la plupart des pays il s’agit d’une reconnaissance nécessaire à l’exercice de nombreuses fonctions, y compris celles de recteurs ou de ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche. Pourquoi les universités – et les organismes de recherche – n’ont-elles pas les moyens de recruter les jeunes docteurs formés par leur soin ?

La communauté universitaire, qui est en charge de l’avenir de la jeunesse, ouverte aux évolutions de la société, s’inquiète d’une si faible considération. La commission permanente du CNU (Conseil national des universités) est l’émanation des quelque 57 000 enseignants-chercheurs représentant toutes les disciplines (1). Renouvelée en 2015, la CP-CNU participe activement, lorsqu’elle est sollicitée, aux groupes de travail et aux réflexions avec les autres acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle a montré depuis 2009 qu’elle est force de propositions et qu’elle est prête à assurer pleinement ses responsabilités.

Le moment est venu de vous informer des anomalies qui marquent les relations entre l’instance nationale qu’est la CP-CNU, régie par décret, et son ministère de tutelle. Malgré la promesse faite dès l’élection du nouveau bureau de la CP-CNU (le 9 décembre 2015) et de nombreuses sollicitations, aucun rendez-vous n’a pu être obtenu auprès du secrétaire d’état en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche, ce qui est un cas unique. Aucune discussion sur les dossiers de fond n’a pu être conduite. Est-ce à dire que les enseignants-chercheurs n’entreraient pas dans les attributions dudit secrétariat d’Etat ? La déclaration à l’Assemblée nationale le 8 décembre 2016 « Veillons comme à la prunelle de nos yeux aux hommes et aux femmes qui font la recherche » ne serait-elle que des mots ?

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l'expression de mes respectueuses salutations.

(1) Les sections CNU représentent toutes les disciplines scientifiques. Elles sont au nombre de 52 auxquelles il faut ajouter 3 sections de pharmacie qui nous ont rejoint récemment. Ces sections sont composées au 2/3 d'élus (1/3 de nommés par le ministère). Elles ont pour rôle de gérer les étapes importantes de la carrière des 57000 enseignants-chercheurs (professeurs des universités et maîtres de conférences) à savoir : les promotions (pour moitié, l'autre moitié étant réalisée par les établissements), la qualification au fonction de maître de conférences ou de professeur des universités, l'instruction des dossiers pour la prime d'encadrement doctoral et de recherche (PEDR)... Les sections (24 à 48 membres) élisent les membres de leur bureau qui constituent la commission permanente du CNU, soit 228 personnes au total. Parmi elles, un président a été élu en décembre dernier (moi même) ainsi que onze vices-présidents.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan