Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

992 Billets

15 Éditions

Tribune 17 janv. 2022

Nous ne sommes toujours pas dupes

La mise en place d'un passe vaccinal, accompagnée de propos outrageants et discriminants, « dresse un mur entre les Français ». Un très large collectif d'artistes, professionnelles et professionnels, actrices et acteurs de la culture, dont Dominique A, Anny Duperey, Swann Arlaud, Corinne Masiero ou encore Alain Damasio, s'insurge contre cet « outil puissant de division et de discrimination », et appelle à la solidarité.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Depuis le mois de juillet 2021 et la mise en place de pass dans des lieux du quotidien (malgré les promesses faites au printemps que cela n'arriverait jamais), le gouvernement mène une dangereuse politique de ségrégation à l'encontre d'une partie de la population.

Un grand nombre de citoyennes et de citoyens s'est brutalement vu privé de droits élémentaires et ce dès l’âge de 12 ans. Avec la mise en place du pass vaccinal, l'accès aux loisirs et à la culture est désormais interdit à plusieurs millions de personnes devenues des parias. Des lieux, pourtant essentiels aux plus modestes, aux plus isolés, pour accéder à l'information, à la culture, au sport, au lien social, ferment à présent complètement leurs portes aux « sans pass ». 

Même l’accès équitable aux soins est remis en cause, ce qui est sans doute le plus grave.

Qui n'a pas encore en tête ces déclarations aussi méprisantes que méprisables de ministres, d'élus et d'éditorialistes ?

« Rendre la vie impossible aux non-vaccinés » ; « Il faut aller les chercher avec les dents et avec les menottes » ; « les personnes qui refusent le vaccin, ces jusqu'au-boutistes, sont une faille dans notre système » ; « faire porter le poids des restrictions aux non-vaccinés » ; « les non-vaccinés nous pourrissent la vie » ; « une minorité de connards » etc.

Des propos outrageants et discriminants qui ont largement trouvé écho auprès des médias. 

Ces stigmatisations atteignent un point culminant lorsque le Président de la République déclare : « Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire jusqu’au bout, c’est ça la stratégie ! » Il va même jusqu'à ajouter qu'un « irresponsable n’est plus un citoyen ». Il dresse ici un mur entre les Français, désigne des coupables, et appelle ni plus ni moins à la déchéance de citoyenneté pour ceux qu'il accuse de « saper la solidité d'une nation» et d'incarner « le mensonge et la bêtise, qui sont les pires ennemis en démocratie ».  

Le « Nous sommes en guerre » semble aujourd'hui prendre un nouveau sens, celui d’une incitation à la haine. 

En mai 2019, face au traitement médiatique du mouvement des Gilets jaunes et à la répression inouïe qui s'exerçait sur les manifestants, nous affirmions que nous n'étions pas dupes dans une tribune parue dans Libération

Aujourd'hui, le gouvernement cherche à désigner des boucs émissaires dans la population alors qu’il se défausse systématiquement de toutes ses responsabilités dans la gestion de la crise. Dans le même temps, il orchestre la casse de l'hôpital public depuis des années en plus de la fermeture de lits en pleine crise.

Nous ne sommes toujours pas dupes, la dérive autoritaire se poursuit et se démasque de plus en plus.

Le pass est avant tout un outil puissant de division, de discrimination de la population, de stratification de la société. C'est une véritable porte ouverte vers le contrôle social d'État et entre les individus. Aujourd'hui, le statut vaccinal comme marqueur de citoyenneté. Et demain ? Aujourd'hui, l'exclusion sociale, culturelle et sanitaire comme mesure répressive. Et demain ? Comment ne pas se souvenir qu'à chaque fois qu'un État a souhaité stigmatiser et attaquer une partie de sa population, le totalitarisme est alors sorti de l’ombre ?

Le gouvernement bafoue actuellement la Constitution française, le secret médical, le serment d'Hippocrate, la loi Kouchner dans le but d'imposer son obligation vaccinale déguisée. Il trahit la Déclaration universelle des droits de l'Homme et du citoyen qui stipule que « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits » et que « tout ce qui n'est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas ». 

Il va même totalement à l'encontre de la Résolution 2361 du parlement européen votée par la France le 27 janvier 2021 qui prévoit « de s'assurer que les citoyens et citoyennes sont informés que la vaccination n'est pas obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s'il ou elle ne souhaite pas le faire personnellement » et « de veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas être vacciné, en raison de risques potentiels pour la santé ou pour ne pas vouloir se faire vacciner. »

Refusons d'être désignés comme « vaccinés » ou « non vaccinés » et d'être poussés au rejet de l'autre.

Nous ne voulons être ni les actrices ou acteurs ni les complices de ce séparatisme forcé.

Nous, artistes, professionnelles et professionnels, actrices et acteurs de la culture, sommes révoltés par la répression, la manipulation et l'idéologie de ce gouvernement. C'est un moment charnière de notre histoire.

Utilisons notre pouvoir, celui des mots, de la parole, de la musique, de l’image, de la pensée, de l’art, pour dire non à ce projet de société. Nous appelons toutes et tous à entrer en résistance face à ce discours de haine et de division et à être solidaires pour que « Liberté, Egalité, Fraternité » ait encore un sens.

Les sous-marins jaunes (collectif.yellow.submarine@gmail.com)                                                                                       

Avec le soutien du collectif Lesessentiels.org et des bibliothécaires en lutte.

Premiers signataires :

Corinne Masiero, comédienne
Dominique A, chanteur
Bruno Podalydès, réalisateur
Alexandre Jardin, écrivain   
Antoine Gavory, écrivain
Ilya Green, autrice-illustratrice
Edmond Baudoin, auteur-dessinateur
Jean-Marc Rochette, auteur-dessinateur
Alain Damasio, écrivain
Laurent Bonneau, auteur bd
Germano Zullo, écrivain
Flore Vesco, autrice
Alexandre Bergamini, écrivain
Nob, auteur BD
Thea Rojzman, scénariste BD
Alain Marc, poète et écrivain
Emile Jadoul, auteur-illustrateur
Antoine Guilloppé, auteur-illustrateur
Isabelle Merlet, coloriste
Jérôme Jouvray, auteur de BD
Olivier Jouvray, scénariste, professeur et éditeur de bandes dessinées
Anny Duperey, comédienne, écrivaine, photographe
Florence Dupré la Tour, autrice de bande dessinée
Swann Arlaud, comédien
Anne Alvaro, comédienne
Ludovic Bource, musicien
Marion Mazauric, éditrice
Elodie Menan, comédienne
Bernard Friot, auteur, traducteur
Yvan Le Bolloc'h, comédien musicien
Abdourahman Waberi, écrivain et enseignant
Albertine, dessinatrice
Bruno Gaccio, auteur, comédien, producteur
Lionel Chouin, auteur BD
Aya Cissoko, autrice, actrice, championne de boxe
Benjamin Flao, auteur-dessinateur
Antoine Peillon, journaliste, écrivain
Marie-Rose Guarnieri, libraire (librairie Les Abbesses, Paris)
Yves Charnet, écrivain
Christos, auteur 
HK, chanteur
Viktor Coup-K, artiste, rappeur
Brigitte Giraud, écrivaine
Alexandre Bergamini, écrivain
Simonetta Greggio, écrivain 
Veronique Genest, comédienne
Xavier Laîné, écrivain
Eric Pessan, auteur
Ohazar, auteur BD
Julien Seri, réalisateur 
Christophe Alévêque, humoriste, chroniqueur
Nina Mélo, actrice
Guillaume Farley, auteur, compositeur, interprète
Joanna Concejo, autrice-illustratrice
Matthieu Maudet, auteur-illustrateur
Michaël Escoffier, auteur-illustrateur
Karine Dubernet, commédienne-auteur
Christophe Léon, auteur
Hélène Vignal, auteure
Martine Bourre, autrice-illustratrice
Inès Léraud, journaliste, documentariste
Jo Witek, auteure
Marin Ledun, auteur
Bruno Heitz, auteur-illustrateur
Frédéric Sther, auteur-illustrateur
Marc Boutavant, auteur-illustrateur
Alain Frappier, dessinateur
Désirée Frappier, scénariste
Jean-Christophe Menu, auteur
Camille Jourdy, autrice-illusratrice
Agathe Girard, violoniste    
Grégoire Girard, violoniste    
Hughes Girard, altiste    
Lucie Girard, violoncelliste
Serge Quadruppani, auteur, traducteur, journaliste
Pascal Dessaint, auteur
Négar Djavadi, auteur-scénariste
Mathilde Domecq, autrice BD
Yamina Benahmed Daho, écrivaine
Isabelle Simler, auteur-illustratrice
Laëtitia Carton, réalisatrice
Sophie Guerrive, autrice-illustratrice
Lætitia Bourget, plasticienne et actrice jeunesse

Pour consulter la liste des 600 signataires de cette tribune et la signer, cliquez sur ce lien https://lesessentiels.org/tribune-des-sous-marins-jaunes/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés