Ils ont osé fermer l'Institut d'histoire de la Révolution française

La rédaction des Cahiers du mouvement ouvrier s'insurge contre l'absorption de l’Institut d’histoire de la Révolution française par l’Institut d’histoire moderne et contemporaine. «Une fermeture (...) qui vise à tenter d’effacer la réalité historique et donc l’idée même et la perspective de la révolution qui n’aurait pas plus d’avenir que de passé.» 

La mesure n’a pas fait les gros titres. Au terme, semble-t-il, de longues – et discrètes – négociations, l’Institut d’histoire de la Révolution française (IHRF) a été fermé ou, plus exactement, absorbé par l’Institut d’histoire moderne et contemporaine. Il garde, certes, sa très riche bibliothèque et sa mission d’établissement d’une édition scientifique des archives parlementaires relatives à la Révolution mais il n’a plus ni autonomie financière ni existence légale.

Aucune rationalisation administrative ou budgétaire ne peut expliquer à elle seule la fermeture d’un institut consacré à l’étude de ce qui fut l’événement fondateur de la République et de la démocratie dans notre pays. Dans la continuité de la création, en 1885, d’une chaire d’histoire de la Révolution française, de la monumentale « Histoire socialiste de la Révolution française » publiée par Jaurès entre 1901 et 1904, de la création, en 1907, de la Société des études robespierristes, la fondation de l’IHRF, par Jean Zay, le 27 octobre 1937, en réponse à l’appel de l’historien Georges Lefebvre, confirmait la place spécifique de cet événement dans l’enseignement et la recherche.

La réaction ne l’a jamais accepté

Avec les historiens Georges Lefebvre, Albert Soboul, Jean-René Suratteau, auxquels sont venus s’ajouter des chercheurs étrangers comme les Britanniques Richard Cobb et George Rudé, commence l’âge d’or de l’Institut et de l’école classique d’histoire de la Révolution. Ce rayonnement, la réaction ouverte ou sournoise ne l’a jamais accepté. Jamais elle n’a renoncé à éteindre la mémoire de la Révolution, cette « flamme tourmentée » appelée selon Jaurès à « s’élargir en une ardente espérance socialiste ». A cette fin, elle a combiné la démarche révisionniste courtoise de François Furet, réactivant les mânes du monarchiste et catholique ultraconservateur Augustin Denis Cochin, aux attaques plus frustes de Pierre Chaunu qui ne manquait jamais de cracher lorsqu’il passait devant le lycée Carnot. L’un faisait de la Révolution la « matrice de tous les totalitarismes », l’autre appuyait de son crédit d’historien l’invention d’un « génocide franco-français ». La haine de Chaunu n’épargna pas l’Institut d’histoire de la Révolution française dont les chercheurs furent accusés d’être « gavés [de subventions] comme des oies du Périgord », cela à l’heure même où Albert Soboul payait de sa poche les frais d’hébergement d’un étudiant chinois !

Une méthode plus subtile

La méthode est aujourd’hui plus subtile. La perte de l’autonomie financière mettra un terme au « gavage » des historiens par trop républicains. L’absorption de l’IHRF dans l’Institut d’histoire moderne et contemporaine dissoudra la Révolution dans la longue durée, la réduira, s’inquiète Michel Vovelle, à une « parenthèse » voire à « une dérive ». La perte de tout statut légal l’effacera du paysage universitaire avant que ce ne soit de la mémoire collective. Car tel est bien l’objectif : faire oublier au peuple français son passé révolutionnaire afin de l’amener, pour parler comme François Furet, à « accepter le monde tel qu’il est ».

C’est la notion même de révolution qu’il s’agit de dénaturer

Mais il y a plus. Au-delà de la Révolution française elle-même, en ces temps de confusion intellectuelle, c’est la notion même de révolution qu’il s’agit de dénaturer à défaut de pouvoir l’effacer totalement de la langue française. François Fillon est censé incarner, après Ronald Reagan et les conservateurs allemands sous la République de Weimar, une « révolution conservatrice ». Il est tentant de paraphraser Orwell : la réaction, c’est la révolution ; la destruction de tout droit, c’est la modernité, le licenciement c’est le chemin de l’emploi… Une telle perversion des mots est incompatible avec la connaissance de l’histoire, tout particulièrement de l’histoire révolutionnaire. Là encore, Orwell était un visionnaire : « L’ignorance, c’est la force » ! La fermeture de l’IHRF a donc un caractère profondément idéologique.

La fermeture de l’IHRF a des racines politiques et des complices

Elle a des racines politiques : la défense d’un capitalisme pourrissant qui broie les droits démocratiques et sociaux les plus élémentaires. Elle est le fruit de décisions prises au plus haut niveau par les faux socialistes qui tiennent les rênes du régime bonapartiste substitué, voici près de six décennies, à la République. Elle a des complices, les médias, qui ont laissé, dans un silence religieux, s’accomplir cette mise à mort qu’il faut bien caractériser pour ce qu’elle est : une mesure contre-révolutionnaire. L’enjeu de cette dissolution de fait va donc bien au-delà d’une simple question de "visibilité" de l’Institut. Les défenseurs de l’histoire révolutionnaire n’ont rien à attendre, contrairement à ce que l’on a pu lire dans certaines déclarations sans doute bien intentionnées, d’une « réinvention […] au sein des pyramides institutionnelles ». Cette fermeture doit être caractérisée et condamnée pour ce qu’elle est : une mesure politique prise par un gouvernement complaisant à l’égard des forces les plus réactionnaires.

Tenter d’effacer l’idée même et la perspective de la révolution

Cette fermeture décidée par un gouvernement et un ministre "de gauche" vise à tenter d’effacer la réalité historique et donc l’idée même et la perspective de la révolution qui n’aurait pas plus d’avenir que de passé. Cette décision prend tout son sens à la veille du centenaire de la Révolution russe. La publication de l’opuscule réactionnaire du banquier Macron sous le titre Révolution, participe à sa manière, pitoyable, de cette entreprise. A leur place, certes modeste - mais les mesures les plus tapageuses ne sont pas nécessairement les plus efficaces - les Cahiers du mouvement ouvrier entendent mener campagne contre cette entreprise en publiant de mars 2017 à juin 2019 dix numéros consacrés à la révolution mondiale alors montante et plus spécifiquement à la Révolution russe et en organisant des conférences.  Ces numéros en rappelleront les causes, les forces motrices, les difficultés qui l’ont assaillie, les obstacles qu’elle a dû surmonter – souvent à grand peine – et son apport crucial dans  le combat des opprimés et des exploités contre leurs exploiteurs et leurs oppresseurs.

 

Si vous voulez être informés des initiatives des CMO sur la révolution russe faites le savoir par  mail à jj.marie@club-internet.fr

Sommaire du n° 73 (mars 2017) des Cahiers du mouvement ouvrier

- Présentation et chronologie

*Le tract des mejraiontsy ( groupe inter-arrondissements lié à Trotsky )appelant les ouvrières à célébrer la journée internationale de la femme.

* Les journées de février racontées par les bolcheviks Kaiourov et Chliapnikov  et par le menchévik Soukhanov( menchévik) 

*extraits du discours du menchévik Tchkeidzé à la Douma du 24 février.

*tract bolchevik du 26 février appelant au renversement de la monarchie

appel des mejraiontsy et du parti socialiste-révolutionnaire aux soldats du 27 février.

*extrait de la Pravda clandestine racontant le 23 février.

*extraits des rapports quotidiens du chef de l’Okhrana de Petrograd sur chaque journée de février

*extrait des mémoires de Kerensky (lié aux S-R)et de l’ouvrage du chef des Cadets( parti constitutionnel- démocrate) Pavel Milioukov sur les journées de février.

*documents du Soviet de Petrograd  annonçant sa constitution le 27 février puis  ses premières mesures d’organisation des Soviets.

*tract des socialistes-révolutionnaires de Moscou du 28 février.

*deux tract des menchéviks de Moscou du 1er mars.

*résolution du soviet de Moscou du 3 mars sur les tâches du soviet

*extraits des débats du comité bolchevik de Petrograd .

*Lénine et Trotsky sur le double pouvoir( soviets-gouvernement provisoire) issu de février.

*Katkov et le révolution de février : un modèle de la conception policière de l’histoire

*Comment Soljenitsyne caricature la révolution de février.

*L’insurrection irlandaise d’avril 1916..

*Que se passe-t-il alors dans le reste de l’Europe , en Allemagne, en Autriche-Hongrie, en Italie, en France, en Espagne, au Portugal, en Grande,- Bretagne, en Suisse, en Bulgarie, en Belgique en Serbie, en Grèce, ainsi qu’aux Etats-Unis,en Chine ,en Inde .

- Provocations contre le mouvement ouvrier : l’agence Pinkerton

- Chronique (riche !) des falsifications

- Perles

 

Cahiers du mouvement ouvrier

 prix : 9 euros (+ 1 euro,50 de frais de port).

Abonnement annuel (4 numéros) :

-       France     : 32 euros

-       Etranger   : Europe : 35 euros  Asie, Amérique, Afrique :40 euros.

Nom, prénom :

Adresse: -----------------------------------------------------------------------------

                  -----------------------------------------------------------------------------

 Courriel : jj.marie@club-internet.fr

Chèques à l’ordre de Hélène Stern.

à renvoyer à Hélène Stern , 18 rue Ferrus  75014 Paris

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.