Quatorze parlementaires européens soutiennent la ZAD

Dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron, quatorze parlementaires européens prennent la défense de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes au nom de la transition écologique et du caractère collectif de ses projets : « C’est pourquoi nous vous demandons de revenir sur cet ultimatum et d’accepter que les projets puissent être déposés collectivement. »

Monsieur le Président,

Nous avons écouté avec attention le discours que vous avez prononcé mardi dernier en plénière du Parlement européen. Vous avez, avec raison, souligné l’importance de redoubler nos efforts en termes de lutte contre le réchauffement climatique et en faveur d’une agriculture durable.

Le changement de nos modes de production et de consommation, est, à n’en pas douter, un levier majeur pour faire face aux crises climatiques et environnementales. C’est pourquoi nous voulons vous faire part de notre attachement aux expériences agricoles novatrices, ambitieuses et soutenables. L’exemple de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes dépasse largement les frontières françaises et est repris comme modèle dans nombre de nos pays.

Dans la lignée de la transition écologique que vous défendez, nous souhaitons que puisse exister à Notre-Dame-des-Landes une Zone d’Agriculture Durable basée sur l’entraide et la solidarité. Le caractère collectif de la démarche est essentiel. L’ultimatum d’une semaine que vous avez donné aux différents acteurs pour déposer des projets agricoles n’a aucun sens. Par définition, des projets soutenables demandent du temps et de la réflexion. Et ce, d’autant plus dans un climat de répression violente du mouvement. C’est pourquoi nous vous demandons de revenir sur cet ultimatum et d’accepter que les projets puissent être déposés collectivement.

Par ailleurs, nous souhaitons vous exprimer notre plus vive préoccupation quant à la manière dont le gouvernement français procède à « l’évacuation » de la ZAD. La Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne établit un certain nombre de principes qui nous semble essentiel de respecter. Ainsi, nous demandons la démilitarisation de la ZAD, condition préalable à la reprise d’un dialogue serein et à la recherche d’une solution pacifiée et écologiquement soutenable.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de croire, Monsieur le Président, en l'assurance de nos respectueuses salutations.

 

Signataires :

Marina Albiol Guzman, députée europénne (Espagne) ;

Xabier Benito Ziluaga, député européen (Espagne) ;

Malin Bjork, députée europénne (Suède) ;

Javier Couso Permuy, député européen (Espagne) ;

Eleonora Forenza, députée europénne (Italie) ;

Tania Gonzalez Penas, députée europénne (Espagne) ;

Patrick Le Hyaric, député européen (France) ;

Ana Miranda, députée europénne (Espagne) ;

Lola Sanchez Caldentey, députée europénne (Espagne)

Barbara Spinelli, députée europénne (Italie)

Estefanía Torres Martinez, députée europénne (Espagne) ;

Miguel Urban Crespo, député européen (Espagne) ;

Marie-Christine Vergiat, députée europénne (France) ;

Marie-Pierre Vieu, députée europénne (France)…

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.