Algérie, libérez les détenus politiques

Alors que l'Algérie vit depuis février 2019 un mouvement sans précédent, le Hirak, le régime profite de la crise du coronavirus pour procéder à de nombreuses arrestations arbitraires dans tout le pays, opérant « un virage totalement policier et autoritaire ». Des collectifs et personnalités de la société civile demandent la libération de tous les détenus d’opinion et « la fin de  la complicité silencieuse des gouvernements étrangers­ ».

L’Algérie vit depuis le 22 février 2019 un mouvement inédit et sans précédent : le Hirak.  

Partout dans le pays, sont organisées des manifestations, avec comme mot d’ordre le pacifisme, et comme exigences la liberté et la dignité. Protéiforme, ce mouvement revêt aussi la forme de la grève générale, de la désobéissance civile et de la grève de la faim. Le Hirak s’oppose vigoureusement à ce monstre kafkaïen que l’on nomme « système » et dont une partie de celui-ci s’effondrera avec la chute d’Abdelaziz Bouteflika et de ses sbires.

Un système tout sauf patriotique, ces dirigeants « compradores » fustigent régulièrement l'ingérence étrangère, notamment française, mais dès que l’occasion se présente, ils s’y réfugient avec leurs rejetons dans des biens mal acquis au cœur des capitales européennes, surtout à Paris qu’ils affectionnent particulièrement.

La crise du Covid-19 démontre aussi les faiblesses du système de santé algérien partiellement dépendant de l’étranger.  En effet, de nombreux Algériens se plaignent de la fermeture des frontières, décidée par les autorités depuis le mois de mars dernier car ils ne peuvent plus accéder aussi facilement aux médicaments souvent fournis par la diaspora.

Profitant de la crise du coronavirus, le système a opéré un virage totalement policier et autoritaire et a procédé à de nombreuses arrestations arbitraires dans tout le pays, en évoquant des motifs juridiques flous du type « attroupement non armé », « atteinte à la sécurité nationale », « atteinte au moral de l’armée » et « outrage à des fonctionnaires ».

À titre d’exemple, l’homme politique Karim Tabbou, le journaliste Khaled Drareni ou encore le citoyen Walid Kechida sont quelques-uns des visages de cette répression brutale. Le fait qu’un citoyen soit emprisonné ou poursuivi pour un simple tweet ou un statut sur les réseaux sociaux, a contraint de nombreux algériens au silence ou à la prudence dans leurs expressions publiques.

Récemment encore, le régime a fait voter une loi contre les fake news afin de museler encore plus une opinion amplement brimée. Le résultat de cette offensive est la fin de nombreux journaux en ligne, notamment le Gorafi local El MancharL’Algérien doit se taire face à un régime, qui ne sait qu’utiliser la violence et la répression comme langage politique.

Ce resserrement de l’état policier se fait dans le cadre d’un énième projet de réforme constitutionnelle, avec au menu, le renforcement juridique de l’état autoritaire.

Nous exigeons la libération de tous les détenus politiques et d’opinion. Pendant que des Algériens croupissent en prison, les enfants du système sont protégés à l’étranger.

Nous demandons aussi que cesse la complicité silencieuse des gouvernements étrangers qui offrent la résidence à cette caste et la laissent accéder à des biens mal acquis. C’est un outil indispensable de lutte contre un clan qui n’envisage pas au demeurant son avenir dans le pays.

Enfin, ce régime devra répondre de ses actes et des violations des droits de l'homme commises à l'encontre des citoyens et militants, conformément au droit international, l’Algérie étant liée par la signature de conventions internationales.

L'impunité n'aura que trop duré.

Premiers signataires :

Les collectifs : 

  1. L’Alliance des Démocrates de la Diaspora Algérienne (ADDA)
  2. L’Action Citoyenne pour l'Algérie (ACA)
  3. Agir pour le Changement et la Démocratie en Algérie (ACDA)
  4. Dzayer2.0
  5. Pour une Nouvelle Algérie (PUNA)
  6. Sawt Al Chaab
  7. Debout l’Algérie
  8. Intercollectif pour la transition démocratique
  9. Étudiants nord africains de France (ENAF)
  10. Unité Algérienne de France  (UAF)
  11. Association Josette et Maurice Audin

Et :

  1. Akila Lazri, médecin
  2. Phillipe de Tilbourg, sociologue
  3. El Yamine Soum, auteur,
  4. Souad Massi, auteur, compositrice, interprête
  5. Houda Benmoumene, chargée de mission,
  6. André Lévy, maire de Hienghène
  7. Karim Fradj, ingénieur,
  8. Salima Hafiane, étudiante,
  9. Wilfried Schwartz, Maire de la Riche
  10. Azzedine Taibi, Maire de Stains
  11. Wafa Djabour, professeure
  12. Djafar Lakrouz, cadre territorial,
  13. Massenssen Cherbi, docteur en droit,
  14. Diego Herranz, sociologue
  15. Omar Bouraba, militant et chef d’entreprise
  16. Ralia Redjem, professeur,
  17. Claire Monod, conseillère régionale
  18. Sanhaja Akrouf, militante
  19. Nedjmeddine Allab, ingénieur chercheur
  20. Zineb Moussaoui, médecin,
  21. Tarek Selmane, ingénieur,
  22. Pedro Chadaverian, professeur à l’Université de Sao Paolo
  23. Mohssine Belal, chef de projet.
  24. Faïza Menaï-Berber, militante
  25. Faiza Ait Kaci, militante
  26. Hamou Bouakkaz, conseiller délégué Paris
  27. Bilal Messaouidi, directeur d’assurance,
  28. Saim Makouf, gérant
  29. Luis Bernabé, professeur à l’Université d’Alicante
  30. Pierre-Alexandre Moreau, cadre associatif
  31. Alain Dayan, militant socialiste
  32. Cindy Laigneau, militante
  33. Belda Fillion Dominique, Psychopraticienne
  34. Wassila Ltaief, avocate
  35. Jean-Michel Augier, militant,
  36. Zerrin Bataray, Avocate
  37. Joël Pairis, adjoint au maire de Saint-Pierre des Corps
  38. Dalila Guirad, cheffe cuisinière
  39. Lamia Redjem, étudiante
  40. Morad Rahmani, restaurateur
  41. Noria Redjem, pyschologue
  42. Yasmine El Mammar, médecin
  43. Anne Esambert, haut fonctionnaire
  44. Idris Aourdache, entrepreneur
  45. Rachid Khellaf, ingénieur
  46. Slimane Amirouche, ingénieur
  47. Mohamed Atti, ingénieur
  48. Roula Mokhtar, retraité
  49. Asma Mechakra, chercheuse
  50. Aghilas Boumrah, ingénieur
  51. Ouassila Soum, cadre territoriale
  52. Belkacem Chick, directeur des finances
  53. Habib Bahnes, adjoint au Maire de la Riche
  54. Hacen Boukhelifa, avocat
  55. Jérôme Damiens Cerf, avocat
  56. Najah Roula, universitaire
  57. Claudine Martin, responsable juridique
  58. Naïma Charaï, conseillère régionale
  59. Kader Abderrahim, chercheur à l'IRIS
  60. Samir Yahyaoui, architecte.
  61. Youcef Ammar Khodja, Consultant
  62. Leïla Houadfi,  Doctorante
  63. Fabrice Fremaux, Animateur Social
  64. Hamid Belkacem, Cadre Financier
  65. Jean-Yves Pire, Retraité
  66. Omar Tibourtine, Médecin
  67. Sofia Bouzerma, Chef de Projet
  68. Yacine Ourrad, Chef d'entreprise
  69. Fabrice Riceputi, Historien
  70. Hakim Douliba, Indépendant
  71. Nadjiba Fiaux,
  72. Ouiza Cherbi, Retraitee
  73. Mansour Oumansour, Maintenance Logistique
  74. Nassima Dahlab, Assistante Commerciale
  75. Pierre Audin , Fils de Josette et Maurice Audin
  76. Francois Demerliac, Réalisateur
  77. Lyes Khoukhi, Étudiant
  78. Malika Birig, Médecin
  79. Rachid Hecham,  Technicien Informatique
  80. Pierre Mansat, Ancien Élu Parisien, Président d'association
  81. Ouardia Derriche, Militante Associative, Bruxelles
  82. Ryma Taki, Analyste Quantitatif
  83. Farid Moukkes, Formateur
  84. Nadira Kennouche, Chargée Qualité
  85. Michel Broué, Mathématicien
  86. Mouloud Haddak, Chercheur
  87. Yacine Helali, Réalisateur
  88. Driva Douffi, Enseignante
  89. Nacer Zourane, Militant
  90. André Lévy, Maire de Hienghene
  91. Nadia Fritz, Educatrice
  92. Yves Cohen, Historien
  93. Kahina Hassissene, Médecin
  94. Ahcen Bouabdallah, Technicien
  95. Daphné Ramirez, Juriste
  96. Faiza Mostafa, Journaliste
  97. Fatma Hamimi, Etudiante
  98. Walid Ben Athman, Musicologue
  99. Lotfi Souagui, Gérant
  100. Nadjah Menia, Consultante
  101. Samia Guernane, Consultante
  102. Farouk  Amghar, Ingénieur
  103. Kahina Rousseau Boumali, Chef de projet informatique
  104. Ali Chaouche, Retraité
  105. Guy Roux, Scribe
  106. Elhadi Zazoua, Etudiant
  107. Aziz Smaihi, Professeur retraité
  108. Dina Zazoua, Étudiante
  109. Sérine Lehtihet, Étudiante
  110. Messaoud Zazoua, Ingénieur
  111. Sophie Sainte-Marie-Heim, Artiste-auteure
  112. Maryse Rousseville, Retraitée
  113. Madjid Lefgoum, Étudiant
  114. Rania Zazoua, Etudiante
  115. Kassem Idir, Elu local
  116. Madjid Chaoui, Ingénieur
  117. Fatiha Hassanine Retraitée
  118. Simon Saïdi, Journaliste
  119. François Rousset de Pina de Saint Didier, Retraité
  120. Fethallah Benfridja, Consultant
  121. Adel Touati, Chef d'entreprise
  122. Soraya Legat, Chercheuse en Philosophie
  123. Rym Zitouni, Etudiante

Pour signer cette tribune, cliquez ici

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.