Exarcheia sous la violence de la police!

Comme vous le savez Exarcheia est sous occupation policière depuis quelques jours déjà! Ce quartier que nombre d’entre nous admirent et parfois même ont fréquenté lors d’un séjour dans ce merveilleux pays, est ciblé par le nouveau gouvernement, qui souhaite « le nettoyer complétement ».

 Évidemment la solidarité, la fraternité, la voie vers autre chose sont des concepts intolérables à leurs yeux. Si la résistance est bien présente, la police intensifie les moyens et sa présence, jusqu'où ira t-elle ? Décryptage de Yannis Youlountas qui est sur place.

Au vu des violences policières quotidiennes qui s'intensifient depuis le début de l'occupation du quartier rebelle et solidaire d'Athènes :

« NOUS ALLONS BIENTÔT AVOIR DES MORTS À EXARCHEIA»

Cette phrase, beaucoup la prononcent ce matin, dans un coin du quartier où nous avons déjeuné à quelques uns, en faisant le point sur la situation. Un vieux compagnon anarchiste est convaincu que nous allons revivre 1985 ou 2008. Ces années-là, un jeune militant avait été assassiné par un policier, provoquant à chaque fois des émeutes très importantes. En décembre 2008, le pouvoir avait tremblé. Plus de 300 banques et magasins de luxe avaient brûlé. Le parlement avait été assiégé.

Aujourd'hui, l'ambiance n'est plus la même dans la société, mais la lassitude est à son comble. Quelque chose couve. Comme une douleur dans le ventre.

Les forces d'occupation du quartier multiplient les violences quotidiennes sur les migrant.es, les militant.es locaux, les solidaires venu.es d'autres pays et, plus récemment, un couple gay. Dans le nord-ouest du quartier quadrillé par la police (cf. carte), la situation devient très compliqué, notamment pour le squat Notara 26 qui est au milieu de la zone en question, quasiment encerclé par les postes de surveillance policière. C'est dans cette zone qu'un couple gay vient d'être frappé par des policiers de surveillance. C'est également dans cette zone que des fascistes ont été repérés à côté des flics, par exemple avec des tee-shirts des supporters néonazis de Rome et des identitaires de Defend Europe.

Mais ce qui se passe autour de la place ne vaut pas mieux. La grenade lacrymogène qui a été jetée à l'intérieur du centre social autogéré K*Vox, où beaucoup de monde se trouvait, aurait pu tuer quelqu'un. C'est d'ailleurs un acte illégal, même en temps de guerre, que de gazer un lieu clos. C'est un acte criminel théoriquement puni par les tribunaux internationaux.

Il se trouve qu'à l'intérieur du K*Vox, nous avons parfois la visite d'un vieux compagnon souffrant d'insuffisance respiratoire. S'il avait été parmi nous ce soir-là, il serait peut-être mort, tant la fumée toxique a été épaisse à l'intérieur du lieu dont les issues étaient bloquées par les policiers incontrôlables. Pire encore, l'une des membres du collectif a accouché récemment et passe parfois avec son bébé : que ce serait-il passé ?

Ce n'est pas tout. Comme le confirme Giorgos Kalaïtzidis (co-fondateur de Rouvikonas) relayé par les médias autogérés du mouvement social, l'un des policiers a dégainé son arme de poing en menaçant. Les témoins ne manquent pas, membres du K*vox et visiteurs, presque tout le monde l'a vu, même si on n'a malheureusement aucune photo du geste. Et si le policier avait tiré, que ce serait-il passé à Exarcheia et, au-delà, à Athènes ?

Hier soir, Giorgos Kalaïtzidis, qui connait bien le quartier et son histoire, a écrit sur sa page Facebook(1) :
« Cela va arriver. Il est très probable que nous allons bientôt avoir des morts à Exarcheia.»

Vu l'évolution de la situation, la violence de l'occupation policière et le grand nombre de fascistes et de barbouzes qui vadrouillent dans le sillage des flics, nous sommes nombreux à penser la même chose. Ce matin, un peu avant 9:00 (heure grecque), des coups de feu ont retenti dans l'est d'Exarcheia. Quelques instants après, des voltigeurs de la police ont été aperçu. Pour l'instant, nous ne savons pas ce qui s'est exactement passé. À suivre.

Presque toutes les nuits des groupes anarchistes et révolutionnaires du quartier attaquent des postes de surveillance de l'occupation policière. Avant-hier, une cinquantaine d'insurgés ont attaqué le poste de police situé au croisement des rues Tositsa et Spirou Trikoupi. Le communiqué de la police parle d'une pluie de feu et évoque le chiffre de « 80 cocktails Molotov jetés » en quelques secondes. Les renforts policiers n'ont pas réussi à rattraper les assaillants qui ont disparu très rapidement dans les ruelles du quartier.

NOUVELLE ATTAQUE IMMINENTE DE LA POLICE
CONTRE 11 LIEUX, DONT LE NOTARA 26 ET LE K*VOX !

Au lieu de contrôler sa police et d'écarter les miliciens fascistes qui trainent à ses côtés, le gouvernement grec vient de décider de durcir encore plus la situation à Exarcheia ! Hier soir, les journaux télévisés, notamment sur la chaîne Ant1 tv (équivalent de TF1), ont annoncé un changement de stratégie de l'État : une répression accrue en raison des résistances et une attaque imminente et simultané contre 11 squats, au motif de la mobilisation qui s'amplifie de jour en jour et que le pouvoir veut prendre de vitesse. Selon des rumeurs, le Notara 26 et le K*Vox feraient partie de la liste.

On parle d'une attaque lundi à l'aube ou l'un des jours suivants. Vu le nombre de lieux visés par l'opération, leur répartition éparpillée dans le quartier et le symbole fort qu'ils représentent pour le mouvement social, l'État aurait besoin d'une véritable armada policière, beaucoup plus nombreuse que lundi passé.

Cette stratégie jusqu'au-boutiste montre que Kyriakos Mitsotakis n'a que faire des conséquences. Il veut séduire la droite dure et en finir avec cette zone qui fait tâche dans le projet de gentrification athénien. Il veut également satisfaire la demande de certains de ses homologues européens qui s'inquiète de ce symbole de résistance et d'utopie sur le continent. Il n'y a pas et ne doit pas y avoir d'alternative : on connait la musique.

Préparez-vous compagnons et camarades. Les heures qui viennent vont être déterminantes. Nous aurons besoin de votre soutien, de votre relais, de votre protestation, partout où vous êtes. L'enjeu n'est pas seulement la défense d'un quartier unique en Europe pour sa concentration de lieux autogérés, pour l'ampleur de sa résistance à tous les pouvoirs, pour la beauté de sa solidarité avec les précaires et les migrant.es. Non, l'enjeu est bien plus que cela.

Défendre Exarcheia, c'est défendre notre droit de montrer que d'autres voies sont possibles, hors de l'impasse actuelle.

Yannis Youlountas

https://www.youtube.com/watch?v=djuLvrGSFiI

(1) https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=453337718554581&id=100016350693712

#EXARCHEIA_RESIST #N26_RESIST #ROUVIKONAS_RESIST

Important :
RESTONS EN CONTACT
1- ICI : Facebook vient de réduire brutalement le référencement et l'audience de nombreuses pages qui diffusent des informations révolutionnaires. Dans ce contexte, je vous conseille vivement de vérifier et de mentionner plus précisément qui vous voulez suivre en cliquant sur "voir en premier" au lieu de "déjà abonné". C'est la seule façon d'éviter notre disparition dans votre fil d'actu, tant pour continuer à suivre la situation sur place à Exarcheia à mes côtés que pour les autres pages que vous désirez suivre et dont l'audience vient de chuter vertigineusement.
2- AILLEURS : Mes publications ayant été supprimées une vingtaine de fois et mon compte Facebook suspendu à plusieurs reprises, je vous conseille également de vous abonner à mon blog : http://blogyy.net Vous y pouvez trouver les mêmes infos sans censure et d'autres parfois. Pour cela, il suffit d'écrire votre email en bas de la colonne de droite sur mon blog (c'est bien sûr gratuit).

 

Aucune description de photo disponible.

 Si vous voulez en savoir plus sur la situation en Grèce, sur ce quartier et sur toute la résistance qui s'y organise depuis longtemps, visionnez directement les films sur le site de Yannis Youlountas :

NE VIVONS PLUS COMME DES ESCLAVES
JE LUTTE DONC JE SUIS
L'AMOUR ET LA RÉVOLUTION

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.