Femme Africaine Stand Up!

La Journée de l'Afrique est célébrée chaque 25 mai, en commémoration de la création de l'Organisation de l'Unité Africaine ( OUA) à Addis-abeba en Éthiopie. C'est donc une occasion pour chaque Africain de réfléchir au développement du continent. Edna-chelsea Babongui, journaliste gabonaise à l'âme africaine nous offre une tribune dédiée à la Femme Africaine.

Cinquante sept ans après, l'Africaine devrait se réveiller le matin, éteindre son réveil fabriqué au Rwanda. Sortir de ses draps en coton made in Bénin et de sa couverture en Bogolan made in Burkina Faso.

 

Prendre sa toilette avec du savon noir du Maroc, adoucir sa peau à l'aide de l'huile de Maningou du Gabon. Se vêtir de vêtements à base de tissus africains fabriqués par des couturiers africains mieux encore porter des marques africaines.  S'enjoliver le corps de bijoux ethniques africains et porter ses chaussures en cuir made in Éthiopie. Se make uper avec des produits fabriqués au Zimbabwe.

 

Boire son petit-déjeuner avec du café, du chocolat de Côte d'Ivoire et du lait de vache du Tchad. Agrémenté d'un bon jus de Bissap du Sénégal et du pain fait à base de farine de manioc de la RDC.

 

Sortir de chez elle avec sa tablette made in Congo, à bord de sa voiture fabriquée au Nigéria.

 

Organiser des diners d'affaires dans des restaurants africains, boire du vin de plantain du Cameroun. Parler d'investissements dans des entreprises nationalistes africaines ou afropéennes. Et enfin, payer l'addition avec sa carte bancaire, produit d'une banque panafricaine.

 

Produisons ce que nous consommons 

Consommons ce que nous produisons.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.