L'héritage Éviya à l'honneur

À l'occasion de la Journée Nationale de la Femme Gabonaise LEYILAB et ses partenaires ont organisé le PRIX MBATAGANGA pour honorer une gabonaise apolitique porteuse d'initiatives pour le développement de sa communauté.

Mbataganga était une femme dont le nom signifie "Trône Magique". Celle-ci dirigea le Clan des Avandjis dans l'Ogooue-Maritime ( Gabon).

"Jamais une femme ne fut si puissante, ni si sage que Mbataganga " nous raconte l'écrivain Raponda Walker.

Ce prix est un vibrant hommage aux qualités de cette Illustre Dame.

Le Samedi 18 Avril 2020, les membres du jury de la 1ère édition ont désigné la lauréate de ce prix.

 

Composition du jury:

Les 5 jurés parmi lesquels  Moussodou Herman Junior, Doctorant en Anthropologie lingustique et du patrimoine, Carmen Nzamba, Enseignante et Consultante en diplomatie culturelle, Michel Pecouinh, Membre de l'association des communicateurs traditionnels d'Afrique de l'Ouest et du Centre, Rodriguez Mouckandza, Coordinateur général de l'ONG OMANDA ( valorisation des ethnies minoritaires du Gabon) et Edou Joresse, Consultant en Relations Internationales.

Ils ont décerné le PRIX MBATAGANGA à Célestine Bikouri.

 

Qui est Célestine Bikouri ?

Matriarche Éviya, Célestine Bikouri, a vu le jour il y a 92 ans, au coeur de la forêt à quelques kilomètres de Nguassa, petite bougarde créée en période coloniale, sur la rive droite de la rivière Ngounié, à Fougamou dans le sud du Gabon.

Femme discrète et sage, elle passe la plus grande partie de son temps dans la forêt à faire l'entretien de plantations, de la cueuillette, des mixtures thérapeutiques, du ramassage de bois de chauffage, etc.

Une fois de retour au village, elle est toujours entourée des plus jeunes générations, à leur enseigner des recettes thérapeutiques et à leur prodiguer des conseils de vies.

Cette dame chaleureuse et forte, est très engagée dans la conservation de la culture Éviya ( langue menacée d'extinction).

Elle est leader d'un groupe de femmes dans lequel on y retrouve différentes générations. Ces dernières sont fédérées autour d'activités socio-culturelles notamment la narration de contes ou la composition de répertoires originaux de chansons basées sur la transmission de bonnes valeurs.

Fière de ses racines, Célestine Bikouri est active dans les cérémonies rituelles strictement féminines à l'instar du Bolo et du Djembè local

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.