Gloire et Honneurs aux survivantes

Georgette Manigue épouse Massing est une franco-camerounaise et mère de 4 enfants. Elle est titulaire d'un master en comptabilité et gestion. Elle a travaillé auprès des services comptables de plusieurs sociétés notamment NRJ, Louis Vuitton, Estée Lauder etc.

Durant une période de sa vie, elle a traversé un long chemin sombre. Elle nous raconte comment elle a choisi de se dévêtir d'une veste trop serrée qui l'empêchait de se réaliser.

J'étais à Châtelet avec Tania, une amie lorsqu'elle aperçut Francis, son ancien patron. Elle l'invita à se joindre à nous. Une connexion s'est tout de suite faite entre nous. Il était issu d'une famille aisée, le genre de prince charmant dont toutes les femmes rêvent. Je le regardais toute éblouie face à ses propos, plein de loyauté, respect, responsabilité ...

Peu de temps après arrivent nos fiançailles et c'était le début de ma désillusion.

 

Nos premiers pas vers le mariage: le début de mon cauchemar 

Dès le lendemain de nos fiançailles, les violences verbales et psychologiques ont commencé. Mon "Prince charmant " me faisait croire que tout était de ma faute s'il agissait ainsi. J'en étais tellement amoureuse et aveuglée par ce sentiment que j'ai décidé de poursuivre mon engagement en allant jusqu'au mariage. Il m'avait promis de changer.

 

Ensuite le mariage!

Au lendemain du mariage, j'ai été victime de violences physiques à l'instar des coups de poibgs, des coups aussi violents que réguliers, des cheveux arrachés, des ecchymoses, un pied cassé...

Une fois je me souviens qu'il m'avait battu car je n'avais pas pu servir le café. J'étais  fatiguée par la grossesse. Une autre fois parce que je ne répondais pas aux accusations ou juste dès que j'avais un avis contraire au sien.

La violence avait élu domicile chez moi.

 

Puis le divorce...

Nous avons acquis ensemble des biens immobiliers à but locatif. La défaillance de certains locataires ainsi que la mauvaise gestion des loyers encaissés ont conduit les banques à saisir les biens et à les brader aux enchères. Il restait quand même un solde de 524mille Euros de dettes à payer aux banques après les ventes aux enchères. Cette mésaventure je l'ai vécu pendant le divorce.  Eh oui! Un matin, j'ai revêtu ma couronne de reine et j'ai finalement décidé de divorcer.

Pour m'en sortir, j'ai dû revoir ma gestion financière quotidienne. J'ai appris à vivre avec très peu d'argent, à épargner et à fructifier le peu d'épargne que j'avais car mon salaire était saisi par les banques et d'autres créanciers. J'étais condamnée à m'en sortir pour mes enfants et aussi pour mon estime de soi.

 

La fin du cauchemar...

J'ai donc décidé de sortir de ce cauchemar. J'ai déposé un dossier de surendettement. Je n'ai pas cessé de prier et grâce à l'intervention divine mes dettes ont été suspendues.

Avec le temps, j'ai compris qu'il manquait de confiance en lui. Je n'avais pas la maturité nécessaire pour le comprendre mais surtout d'être dans un mariage. J'avais à peine 22 ans et lui 37 ans.

Aujourd'hui, je me suis remariée à un véritable prince charmant qui m'a aidée à me relever. Un homme merveilleux !

Actuellement, j'accompagne les futurs entrepreneurs à maitriser les obligations fiscales, sociales et juridiques ainsi qu'à faire les bons choix dès la création de leur entreprise. J'ai également écrit deux livres "Libérée de 524000€ de dettes" et "Planificateur du budget financier ". J'anime aussi des conférences sur la gestion financière. 

 

Femmes, ne laissez personne vous faire croire que vous ne valez rien.

Nous donnons la vie, nous sommes fortes car nous sommes matrices de développement. 

Choisissez la vie, il n'est jamais trop tard.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.