Lili K.
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 déc. 2020

Si je tombais amoureuse en 2021...

Demain, 2021, peut-être l’année où je tomberai amoureuse. Il passera sa main dans mes cheveux, je lui demanderai de me lire mes poèmes préférés de Celan, nous irons danser la salsa le dimanche soir... et puis un jour nous aurons peut-être envie de vivre ensemble, va savoir... Mais si pour toi cela sonne pour banal, il n’en sera pas de même pour moi.

Lili K.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Demain, 2021, peut-être l’année où je tomberais amoureuse, moi qui n’ai pas été amoureuse depuis si longtemps. Il passera sa main dans mes cheveux, je lui demanderai de me lire dans son meilleur allemand qu’il ne parlera peut-être pas mes poèmes préférés de Celan, nous irons faire de longues balades avec Hélium juste avant d’aller nous réchauffer avec un bon café, il sera celui qui criera le plus fort pour m’encourager pour mon premier semi-marathon et nous irons danser, oui nous irons danser la salsa le dimanche soir, comme tous les dimanches... et puis un jour nous aurons peut-être envie de vivre ensemble, va savoir...

Mais si pour toi cela sonne pour banal, il n’en sera pas de même pour moi. La différence entre toi et moi ? Peut-être le fait que je suis handicapée et que tu ne l’es pas. Je suis aujourd'hui malvoyante et pour m’indemniser d’avoir été la victime du doigt aveugle du destin, certains aiment l’appeler Dieu, je touche pour vivre l’Allocation Adulte Handicapé. Enfin, pour être plus précise, je devrais plutôt dire que pour cacher vulgairement sous un gros tapis tissés des fils de l’arrière-pensée caritativo-judéo-chrétienne et d’une pseudo politique sociale soigneusement évidée par l’idéologie capitaliste les violences systémiques de notre société validiste qui fait que les personnes handicapées sont les premières discriminées, que nous sommes tenues à l’écart du travail, des interactions sociales, que nos compétences sont jugées douteuses, que nos corps et nos vies sont jugées indésirables, que 80% des femmes handicapées ont été, sont, ou seront victimes de violences sexistes ou sexuelles, pour cacher tout cela et pour faire face tous les jours aux imbéciles, aux ignorants, aux prosélytes de bonne foi et aux agresseurs, je touche l’AAH, oui. Pour essayer de vivre ma vie la plus autonome possible dans cette société validiste oppressive et discriminante je touche l’AAH et c’est bien là, malgré tout, la seule et maigre reconnaissance de ma situation de handicap.

Mais alors si demain j’étais amoureuse, si demain je souhaitais vivre avec celui qui sera tombé fou sous mon charme ? Dis-toi simplement que le cas serait fait de mon individualité, de mon autonomie, et que, comme aux belles heures des années 30 je me verrais reléguée en personne à charge et dépendante de mon conjoint. Pas besoin d’être mariée ou pacsée, vivre ensemble seul suffira pour amputer mon AAH en fonction des revenus d’un autre. Je devrais abandonner par amour mon autonomie financière et avec elle ma dignité, ma liberté, et lui devra accepter par amour  de partager ses revenus. Je deviendrais invisible, subordonnée, assujettie, emprisonnée dans un rapport de domination que ni lui ni moi n’auront choisi mais qu’une loi arriérée aura choisi pour nous. Si je devais vivre avec mes parents, mon AAH ne serait pas recalculée en fonction de leurs revenus, si je touchais une pension d’invalidité, ma pension ne serait pas recalculée en fonction des revenus de mon hypothétique amoureux mais obstinés dans leur violence administratives qu’ils sont, hypocrites et détachés du poids du choix qu’ils nous obligent à faire, gouvernement après gouvernement, mandature après mandature, députés et sénateurs se tiennent la main pour refuser de réformer une évidente absurdité de la loi alors même qu’ils ne se font pas prier pour tailler dans le vif de nos droits, pour financer l’auto-reproduction bourgeoise et pour ménager toujours plus les plus riches.

Qui donc peut avoir envie de se trouver aux prises avec un pareil choix dans sa vie, franchement ? Peut-être vaudrait-il mieux que je ne tombe pas amoureuse en 2021 finalement... ou peut-être faudrait-il mieux que toi comme moi tu te révoltes ? Qu’avec moi, qu’avec nous tu fasses nombre, qu’en dis-tu ?

Alors pour faire pression ensemble sur l'Assemblée nationale, c’est par ici : https://petitions.assemblee-nationale.fr/initiatives/i-358

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes