Musée de Bastia : l’exposition « Identità XVIIe au XXIe siècle ».

Migrations vers l'Italie et l'ex Empire colonial français et immigrations contemporaines : comment se construit l’identité corse au fil de flux migratoires multiséculaires, entrant et sortant ?

identita
Exposer au Musée de Bastia, l’histoire paradoxale et encore mal explorée des flux migratoires de Corse, c’est le défi relevé par Sylvain Grégori Commissaire général et Directeur du Musée de Bastia, assisté de Audrey Giuliani et de Didier Rey. Immense réussite et pédagogie dynamique : cette approche sociétale de l’histoire insulaire, ce décryptage des migrations de la Corse s'installe enfin dans ses murs, comme une mémoire corse, collective et individuelle, re légitimée, re structurée.  Comme le dit Pierre Savelli Maire de Bastia " c'est à un véritable riaquistu, à une réappropriation de cette histoire que nous invite cette exposition et son catalogue, avec en filigrane, l'idée que ce passé doit guider notre action citoyenne face aux obscurantismes, aux extrémismes et aux dérives." . Philippe Peretti historien et Adjoint au maire délégué au Patrimoine insiste sur les conditions historiques de ces migrations multiséculaires
equipe-id
:
" la Méditerranée a connu des migrations liées au travail, au trait et des migrations forcées des hommes chassés de chez eux pour des raisons familiales, religieuses, politiques. Chaque cité, chaque Etat, chaque royaume fut à la fois pays de départ et d'accueil. L'homme migre depuis toujours et il ne faut pas oublier que cela a pu être un choix personnel et même un droit. La Corse mérite une attention particulière, elle a beau être une île elle n'a jamais été un espace fermé,  ni une terre que l'on fuit en masse c'est une terre désirable! " 
dhcnjyjwsaath-c
Comment est conçue et architecturée cette exposition très innovante ? Il faut savoir que deux thèmatiques migratoires se rejoignent et se superposent dans l’île, pour former une identité historique particulière. Laquelle atteste que la Corse n’est « pas une région comme les autres » comme se plaisent encore à le râbâcher les technocrates jacobins de Paris.  Articulée autour de « Partir l’émigration corse » et de « Accueillir la Corse terre d’immigration »: l’exposition « Identità XVIIe-XXIe siècle » est bien plus qu’un splendide livre qui déroule les moments forts de la longue et riche Histoire de la Corse. Avec Corse-Colonies ( Musée de Corte) et Corsica Genovèse ( Musée de Bastia), « Identità » forme un tryptique dont ce dernier tableau traite en panoramique de toutes les migrations. Sylvain Gregori : « cette exposition a vocation à donner du sens au passé. Sur la thématique abordée cette année, il s’agit de montrer comment l’identité corse se construisait dans le rapport avec les altérités pour des Corses partis dans l’Empire colonial, à l’étranger ou en France continentale. Comment ils vivent leur corsitude à ces époques. Notre propos c’est aussi comment s’élabore dans nos sociétés contemporaines et depuis le XIXé siècle, l’identité d’une communauté insulaire par rapport aux autres communautés qui s’installent,
050
les Italiens d’abord puis les Pieds-noirs puis les communautés maghrebines et depuis 1980 portugaises. A savoir comment se construit cette communauté de destin, motion votée par l’Assemblée de Corse en 1988. ».
 Emigrer de Corse vers l’Italie pour être militaire, médecin, étudiant, écclésiastique est un fait banal  au XVIIe siècle alors l’exposition développe notamment son propos sur les personnalités et les grands témoins de l’émigration vers Pise, la Toscane, la Ligurie et Rome ( où les Corses au XVIIé siècle forment de véritables communautés dont celle de la Garde Papale). Et après les traditionnelles circulations des marins du Cap Corse vers Marseille et toute la Méditerranée, jusqu’aux exils - non définitifs- de fonctionnaires insulaires vers les Colonies de l’ex Empire Français au XIXe et XXe siècles : l’exposition traite in fine, des immigrations contemporaines en provenance du Maghreb et du Portugual. En donnant la parole via un photo-documentaire notamment à des Bastiaises d’origine marocaine (Paroles dévoilées de J.-A.Bertozzi et Sylvia Cagninacci).  Extraordinaire valise en bois illustrée d’un décor saharien, affiches du Ministère de la Guerre de 1928 «  Prenez du service dans les troupes coloniales! », publicités des compagnies maritimes,
mdp-egypte
albums de familles  N&B où l’on voit des familles corses photographiées sur les cinq continents: « Identita » témoigne de ce qui s’apparente à un paysage mental commun fait d’histoires familiales, de souvenirs, de villages, de bateaux d’émigrants et de références culturelles, celles que tous les Corses portent en eux.  
Découvrir les trésors de l’exposition « Identità » au Musée de Bastia c’est un peu comme retrouver sa maison au Caire (Egypte), à Saigon (ex Indochine), à Rabat (Maroc), en Castagniccia, en Casinca ou en Balagne. Car écrit S. Gregori «l’émigration des insulaires est un phénomène marquant au XIXe et au XXe siècle n’épargnant aucune famille ni aucun village. Combattues, subies ou acceptées les conséquences de ces migrations, positives ou négatives sur la société insulaire sont considérables d’un point de vue économique, social et aussi politique. ». La réalisation de cette exposition constitue un fait culturel majeur qui parle à tous les Corses de tous les âges et de toutes origines c’est à dire à toute une « communauté de destin ».  Le maire de Bastia Pierre Savelli : " Lorsqu'en 1988, à l'initiative des Nationalistes, l'Assemblée de Corse vote une motion définissant le peuple corse comme une communauté de destin, composée de Corses d'origines et de Corses d'adoption c'est à un double sens de l'histoire que cette décision, hautement symbolique faisant référence, notre forte identité multiséculaire, intégrant les conséquences d'une immigration non plus subie mais acceptée comme une chance pour notre île.". 

 

LV

 

____________

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.