Les fondamentaux de la "destination Corse".

L’enquêtes aux frontières lancée par l’Agence de Tourisme de la Corse chiffre les fondamentaux du tourisme insulaire. Première clientéle internationale l’Italie (28%), suivie par l’Allemagne (24%), la Suisse, les Pays-Bas et la Belgique.

images
« Lifestyle, culture, sport & nature, expériences… » le site officiel de l’Agence de Tourisme de la Corse propose des activités, des idées, des prestations pour une clientèle nationale et internationale qu’il faut soigneusement décrypter. Elle constitue l’objectif marketing essentiel du premier secteur économique de l’île. Avec 24 % du Produit intérieur brut, 30 % des exportations et 20 000 emplois locaux: le tourisme en Corse rapporte en moyenne 2,5 milliards € chaque année. Pour avoir une vision globale et bâtir une stratégie adaptée Marie-Antoinette Maupertius  Présidente de l'ATC et Conseillère Exécutive a lancé une vaste « enquête aux frontières » la première du genre dans l’île avec 72.000 questionnaires, l’observation de 2634 rotations bateaux et avions et 23 enquêteurs mobilisés 7 jours sur 7 sur les quais et les aéroports. 
images-2
M.-A. Maupertuis : « la fréquentation touristique est passée au crible d’une analyse à l’ampleur inégalée sur notre territoire. Pour la première fois, une étude dense et menée à grande échelle offre ainsi  une vision globale du marché et des flux enregistrés dans l’île pour la saison 2017. Du Cap à Bunifazziu, c’est une radiographie complète de « la destination Corse. ». 
images-6
Le  patrimoine, la culture et l’environnement s’ajoutent désormais aux avantages concurrentiels du développement touristique insulaire. Et si encore aujourd’hui, les visiteurs se dirigent souvent en priorité vers les plages du sud  (25%) de l’île, les atouts purement patrimoniaux seront maintenant particulièrement privilégiés pour répondre à la demande. Quels seront les prochains marchés porteurs pour l’île et les actions à engager? Quelles sont les attentes de la principale clientèle, en l’occurrence les touristes italiens ? L’enquête a livré des indicateurs chiffrés et des statistiques précieuses sur l’attractivité des micros régions, la durée de séjours, l’origine de la clientèle, ses revenus, ses hébergements, ses activités payantes, ses canaux de réservations, ses comportements, son niveau de satisfaction. 
download-1
Daniel Charavin Directeur général de l’ATC : «  tels sont désormais les indicateurs à la disposition des acteurs  du secteur qui pourront ainsi, avec une telle base de données stabilisée, évaluer leur stratégie. Et pourquoi pas la réorienter. Chaque année il faut convaincre un million de touristes nouveaux , cela n’est pas simple. Il faut être présent en terme de communication globale pour que la destination Corse soit représentée sur les marchés internationaux, Si on reste ici en Corse à les attendre, on aura du mal à les séduire. Les plus grandes marques du monde continuent elles-aussi à faire de la publicité même si elles sont très connues. Et nous faisons face à des géants nous sommes 320 000 habitants avec des budgets correspondants, donc on va la où on est le plus certains d’avoir un retour sur investissement. ». Il faut savoir que 48% des touristes sont des primo-visiteurs. Pourquoi viennent-ils en Corse et comment les fidéliser ? En 2017, la Corse du 1er mai à la Toussaint a reçu 2, 623 657 touristes
images-5
dont  1,918 M en « agrément » soit 73%, 0,548 M en « affinitaire » ( la diaspora corse compte 2 millions de personnes dans le monde), et 0, 156 M dans la catégorie tourisme professionnel.  Les nationalités ? Les visiteurs français viennent en majorité ( pour 52% ) des régions PACA, Ile-de-France, Auvergne. Ensuite les Italiens,les Allemands, les Belges, les Suisses représentent 71,2% des touristes d’agréments ( 28% sont des visiteurs venus de la France continentale). L’industrie corse du tourisme a donc généré 30 millions de nuitées, avec la segmentation suivante pour la clientèle internationale. Les touristes italiens arrivent en tête (28%) suivis de prés par l’Allemagne (24%), la Suisse (10%),  la Belgique (9%) les Pays-Bas (5%).

 

LV

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.