Nouveau groupe parlementaire « Libertés et Territoires ».

« Libertés et Territoires » : un huitième groupe est né à l’Assemblée Nationale, suite à l’intense travail de communication pédagogique des trois députés autonomistes de Corse Jean-Félix Acquaviva, Michel Castellani, Paul-André Colombani, fidèlement soutenus à chaque étape du processus par François Pupponi (Essonne ex-PS).

photo-ext-lt
Co-présidé par Bertrand Plancher (ex UDI) et Philippe Vigier (ex UDI), « Libertés et Territoires » réunit aussi Sylvia Pinel (MR), le député breton Paul Molac (ex LaRem), Jean-Michel Clément (ex-LaRem), François-Michel Lambert (UDE), Charles de Courson (UDI), Yves Favennec (UDI) et Olivier Falorni (MR).  C’est donc un boulevard qui s’ouvre pour Jean-Félix Acquaviva, Michel Castellani, Paul-André Colombani et François Pupponi qui avec 12 autres députés, vont désormais, disposer d'une dotation financière spécifique, de temps de parole dans l'hémicycle, de places en commissions et au bureau de l’Assemblée, d'un droit à une commission d'enquête. Au programme ? L’antidote constructive face aux excès et errements du jacobinisme,
images
de la technostructure, de l’oligarchie. C’est à dire tous les actuels méfaits démultipliés de la "macronie". Peut-on visualiser la France et son futur, depuis un autre point de vue, que celui de Paris ? Peut-on encourager la croissance et l’économie locale en décidant que les Régions sont plus pertinentes que Paris, pour décider pour elles-mêmes ? Peut-on prendre en compte réellement des logiques locales ( de survie souvent) , donc soutenir l’économie solidaire et circulaire et imaginer ( ailleurs qu'à Paris, des infrastructures de transports équitables et transversales ? Ce que propose Libertés et Territoires ? Voir plus loin et plus haut: soit un vrai changement de paradigme ! 

Les députés LT  précisent leur socle commun :  « la défense des valeurs républicaines, des libertés, l'exigence de cohésion sociale, une réelle décentralisation politique, une croissance respectueuse des hommes, des écosystèmes et des ressources naturelles et l'attachement indéfectible au projet européen. ». S’appuyant sur la diversité et la singularité des territoires, ils tâclent d’emblée E. Macron : : « les membres du groupe “Libertés et territoires” sont pleinement conscients de la transformation profonde du paysage politique qui a accompagnée l'élection d'Emmanuel Macron, placent l'intérêt général et la réussite du pays au cœur de leur action ». Au fil de l’eau et des débats au Parlement,

lt-libertes-et-territoires-copie
il s’agira de redonner aux Régions des dotations et des compétences… alors que Paris et l’Ile de France accumulent les erreurs d’aménagements, les subventions pharaoniques aux détriment des Régions ? Ce groupe apparaît non pas comme « hétéroclite » mais plutôt comme thématique, axant son action sur les bienfaits du respect et d’une accentuation de la décentralisation économique. Car, figurant pourtant en toutes lettres dans la Constitution modifiée en 1982, la « République décentralisée » se trouve actuellement malmenée et même bafouée tous les jours par la gouvernance ultra jacobine de E. Macron et son « Etat trop vertical » . Ayant finement analysé, expérimenté sur le terrain et décrypté dans le détail, ce qui constitue la gestion politique d’une île, vécue de fait comme une totalité car réunissant en son sein toutes les problèmatiques, J.-F. Acquaviva a aussi déclaré au quotidien Corse-Matin: « nous devions être des parias, des gens isolés, des ovnis, Mais notre discours sur l’autonomie de la Corse trouve une écoute, auprès d’autres députés enracinés dans une logique territoriale ». Le bilan politique à mi-parcours des trois députés autonomistes se révèlent excellent. Considérés comme fiables, sérieux, compétents et non plus "inaudibles et illisibles" par certains de leurs collègues,
jf-acquaviva-pa-colombani-m-castellani
ils ont participé à toute la vie parlementaire, posant de nombreux amendements et intervenant en Commission des Lois. La suite ? On peut facilement prédire que ce nouveau groupe parlementaire, va peser sur les décisions en faveur des Régions et peut-être fracturer encore un peu plus la majorité extrêmement fragile de la République en Marche.

LV

____________

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.