L'Indiscret
Fouineur
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 déc. 2019

Le double jeu de Guillaume Gibault, PDG du Slip Français

Affichant un côté « bien sous tout rapport », le PDG du Slip Français, Guillaume Gibault, multiplie les sorties médiatiques pour prôner le made in France, la préservation de l’environnement, etc. Problème, ce dernier n’a pas hésité à apporter son soutien au Crédit Mutuel Arkéa et à son sulfureux patron Jean-Pierre Denis.

L'Indiscret
Fouineur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bon samaritain. « On a tous l’impression de faire une bonne affaire financière à court terme, avec des promos à tout va. Mais en fait, on fait tous globalement une très mauvaise affaire environnementale et sociétale », avait ainsi clamé le PDG du Slip Français, Guillaume Gibault, au micro de BFM Business le 30 novembre dernier, à propos du Black Friday.

Celui qui prône une « mode plus locale, plus durable » est donc un homme de principe. Son entreprise, Le Slip Français — qui fait donc partie de celles qui ont boycotté le Black Friday — revendique ainsi une production 100 % Made in France qui veut « défendre l’économie circulaire et locale ». Un objectif des plus louables, comme celui de la défense de l’environnement.

Nous pourrions donc classer Guillaume Gibault parmi les rares « hommes bien » de ce monde et son entreprise parmi celles « responsables ». Problème, notre PDG soutient ouvertement deux hommes dont les principes sont bien moins louables, j’ai nommé Jean-Pierre Denis et Ronan Le Moal, respectivement président et directeur général du Crédit Mutuel Arkéa.

Ainsi, en février 2018, le PDG du Slip Français cosignait, sur Frenchweb, une tribune en faveur de la banque bretonne, en plein combat pour obtenir son indépendance du Crédit Mutuel. Dans ce papier, en bons petits soldats, les signataires allaient même jusqu’à interpeller les pouvoirs publics : « nous réclamons d’urgence de la Banque Centrale européenne qu’elle reconnaisse Arkéa en tant que banque coopérative et mutualiste indépendante et demandons à l’État français d’appuyer cette demande ».

Mais depuis cette prise de position, les masques des deux dirigeants du Crédit Mutuel Arkéa sont tombés : (i) évasion fiscale, (ii) pressions sur les salariés, manipulations, (iii) gestion hasardeuse, méprise des sociétaires… les révélations peu reluisantes se sont succédé au cours des deux années passées.

À la tête du Crédit Mutuel Arkéa, les deux hommes n’ont ainsi pas hésité à exercer (ii) des pressions en tout genre sur leurs salariés, notamment en les obligeant incitant fortement à aller manifester à Paris en faveur de l’indépendance de la banque en mai 2018 : « rien n’est dit, rien n’est écrit, mais tout le monde l’a compris : si tu ne viens pas, tu es mal vu et tu n’as plus de carrière », déclarait alors un « manifestant ». « oui, oui, c’est ça, bien sûr, je suis volontaire, comme tout le monde », lâchait ironiquement un autre.

Plus récemment, en mars dernier, on apprenait dans Mediapart que Jean-Pierre Denis, en plus d’entretenir des liens avec François Fillon qu’il côtoie au fonds d’investissement Tikehau Capital, aurait pu jouer un rôle dans (i) la plus grande évasion fiscale jamais enregistrée par une entreprise française, Kering, en tant qu’administrateur du groupe.

Coté rémunération, Jean-Pierre Denis et Ronan Le Moal ont là aussi certains principes : « tout pour moi, rien pour les autres ». Les deux patrons touchent chacun plus d’un million et demi d’euros par an, soit plus que leurs homologues du Crédit Mutuel Alliance Fédérale dont la taille équivaut pourtant à 16 fois celle d’Arkéa. Les deux hommes n’ont d’ailleurs pas hésité à doubler leur rémunération depuis 2015.

À l’instar de M Gibault, nos deux compères sont soucieux du bien-être de leurs prochains… à leur manière. Ainsi, pendant que leurs rémunérations étaient multipliées par deux, le Crédit Mutuel Arkéa était contraint de recapitaliser en urgence sa filiale Suravenir qui gère l’épargne des sociétaires de la banque. L’explication de cet énorme couac ? Une gestion hasardeuse de la filiale consistant à (iii) accroître les risques pour gonfler le bilan financier du Crédit Mutuel Arkéa et ainsi prouver que celle-ci est capable de s’en sortir seule et donc d’être indépendante. Résultat : les épargnants ont vu le rendement de leurs placements s’effondrer.

Pas de doute, comme l’affirmait la tribune de soutien signée par Guillaume Gibault, les dirigeants du Crédit Mutuel Arkéa « sont des personnalités inspirantes » ! Reste à savoir jusqu’où le PDG du Slip Français s’inspirera d’elles…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Palestine
Israël envoie l’armée contre sept ONG palestiniennes et provoque un tollé
En pleine campagne électorale, le ministre de la défense israélien a donné son feu vert à une opération militaire en Cisjordanie contre sept organisations majeures de la société civile palestinienne. Des consuls européens et des experts de l’ONU réaffirment leur soutien aux organisations ciblées.
par Sarah Benichou
Journal
Discriminations sexistes à l’entrée de prisons : des retraits de soutiens-gorge imposés à des avocates
Cela fait une décennie que des avocates signalent des retraits de soutiens-gorge imposés par des surveillants quand elles se rendent en prison. Depuis la diffusion d’une note par l’administration pénitentiaire en juillet 2021 interdisant cette pratique, au moins quatre avocates ont rapporté avoir été ainsi « humiliées ».
par Sophie Boutboul
Journal
Rénovation thermique des bâtiments : les bailleurs sociaux à la peine
Un rapport que vient de publier l’Agence nationale de contrôle du logement social montre que seuls 6,8 % du parc social ont fait l’objet d’une rénovation thermique ces dernières années, avec des résultats en matière de performances énergétiques encore très insuffisants.
par Lucie Delaporte
Journal — International
Chine et États-Unis entrent dans un nouveau cycle de tensions économiques
La crise taïwanaise a prouvé la centralité de la compétition entre Pékin et Washington. Sur le plan économique et historique, c’est aussi le produit des errements de la gestion par les États-Unis de leur propre hégémonie.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Manuel Bauer, réalisateur du film documentaire « Vida férrea »
Entretien réalisé par Alice Langlois qui a mené un terrain anthropologique dans la région minière traversée par le film et le critique de cinéma Cédric Lépine, à l'occasion de la présentation du film « Vida férrea » à Visions du Réel, festival international du film documentaire de Nyon (Suisse) en 2022.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Le chemin de fer est un trésor public et une solution pour demain »
[Rediffusion] Dans « Un train d'enfer », Erwan et Gwenaël Manac'h offrent une enquête graphique dense, caustique et très réussie sur la SNCF qui lève le voile sur une entreprise d’État attaquée de toute part, un emblème, à réformer sans doute, mais surtout à défendre. Conversation déliée avec Erwan.
par Delaunay Matthieu
Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Transition écologique... et le train dans tout ça ?
La transition écologique du gouvernement en matière de transports ne prend pas le train ! Dans un billet, le 3 août, un mediapartien dans son blog « L'indignation est grande », dénonçait le « mensonge d’État » concernant l’investissement ferroviaire. Deux émissions sur France Culture sont révélatrices du choix politique de Macron-Borne ! Saurons-nous exiger le train ?
par ARTHUR PORTO